Chemins Initiatiques

Forum d'une Loge Libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» je mets le forum en sommeil
Ven 18 Avr - 15:18 par Florence

» Le maçon est-il à la fois fier et humble?
Mar 11 Fév - 1:31 par Tao

» le breuvage d'amertume.
Dim 2 Fév - 17:05 par Bon Feu

» Scandales maçonniques
Dim 19 Jan - 5:19 par Bon Feu

» Présentation
Dim 19 Jan - 5:04 par Bon Feu

» le rituel de l'ombre
Sam 14 Déc - 16:06 par Bon Feu

» article sur la vision guénonienne de l'initiation
Sam 7 Déc - 18:28 par lucien

» voute etoilee
Mer 20 Nov - 12:54 par Bon Feu

» une bonne nouvelle
Dim 17 Nov - 7:45 par Bon Feu

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
à lire
anipassion.com
Partagez | 
 

 catholique et franc-maçon : troisième partie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: catholique et franc-maçon : troisième partie   Sam 12 Sep - 0:40

B)La franc-maçonnerie refuse toute idée de salut. L´homme se construit par lui-même. Il n´a pas besoin de Dieu pour changer son coeur et trouver le bonheur. Il en va autrement pour le croyant. La foi lui découvre qu´en Jésus Christ, Dieu est venu parmi les hommes pour les sauver. " Dieu a tellement aimé le monde qu´il lui a envoyé son Fils". Ce salut consiste en une délivrance.
C´est un salut de tout l´homme, proposé à tout homme. Jésus Christ sauve en particulier la liberté humaine, abîmée par le péché. Mais en Jésus Christ, la vie divine est aussi communiquée : c´est une vie de lumière et d´amour que "l´oeil n´a pas vue et que l´oreille n´a pas entendu". L´homme est appelé à entrer en communion avec la Trinité divine. Autrement dit Jésus comble et même dépasse les aspirations les plus profondes du coeur humain.

L´opposition farouche de la maçonnerie au salut apporté en Jésus Christ, me fait penser à cette réflexion d´un grand écrivain de notre temps : "Le plus impressionnant aujourd´hui n´est pas que l´homme fasse le mal, c´est-à-dire se détruise et détruise les autres. Le plus effrayant est que l´homme veuille se passer de Dieu pour faire le bien".

Pierre Simon, ancien Grand Maître de la Grande loge, le dit à sa manière : " L´homme est le point de départ de tout chose et de toute connaissance, il est sa propre référence. Seul aujourd´hui, il peut dire ce qui est bon pour l´homme."

Huitième réfutation :

Dire que la franc-maçonnerie refuse l’idée de salut est totalement hors de propos.

En effet, il est clair que le « salut » appartient au domaine exotérique : c’est un objectif de type religieux qui vise à la prolongation heureuse de l’état individuel humain dans la lumière divine. Chaque homme qui appartient à une tradition régulière peut attendre de celle-ci qu’elle lui indique les moyens d’atteindre ce salut.

Mais la franc-maçonnerie appartient au domaine ésotérique et son objectif et au-delà du salut. L’initié vise la réintégration dans le sein de l’Etre qui lui a donné naissance. Il vise ce que l’on appelle l’Identité suprême ou l’Eveil ou la Réalisation. Cela suppose un dépassement de l’état humain individuel pour atteindre un état supra individuel et supra humain.

Il devient d’ailleurs lassant de retrouver cet argument entaché d’erreur selon lequel une opinion maçonnique unique, partagée par tous les francs-maçons, comme un seul homme (ou femme), s’opposerait au salut apporté par le Christ ? Comment soutenir une affirmation aussi absurde ?

Certes, l’état de dégénérescence de l’Ordre permet l’expression d’opinions personnelles totalement anti-traditionnelles mais ces opinions ne sauraient représenter la franc-maçonnerie dans son ensemble. D’ailleurs, la quasi-totalité des francs-maçons du monde souscrivent à l’opinion exactement contraire, à savoir que l’on ne peut s’engager dans la voie initiatique sans avoir auparavant souscrit à la foi en Dieu et en sa volonté révélée. Et, comme la Maçonnerie est appuyée sur un substrat judéo-chrétien, en Occident ce chemin est logiquement révélé par Jésus-Christ.

C) Le secret maçonnique est quelque chose que l´Eglise n´a jamais accepté. Sur ce point, il n´est pas nécessaire d´affabuler : l´existence de ce secret, reconnue par les francs-maçons eux-mêmes, porte gravement atteinte à la dignité de la personne humaine. Le secret maçonnique, en effet, empêche l´homme de s´engager consciemment et librement. Evoquons brièvement quelques aspects de ce secret : un maçon n´a pas le droit de révéler à un " profane " l´identité de ses frères ; tout au plus peut-t-il - s´il le juge utile - déclarer son appartenance à la franc-maçonnerie. Il ne peut pas non plus divulguer le contenu de certains travaux auxquels il a pris part au sein de son atelier ni faire connaître aux frères de grades inférieurs les mots de passe, signes ou symboles propres à son grade. Enfin, il existe un secret spécial, fruit d´une initiation aux formes douteuses.

Ajoutons que les hauts gradés de la franc-maçonnerie présents dans une loge de la base ne révèleront jamais aux membres de cette loge leur " dignité". On a pu dire à juste titre que la franc-maçonnerie est une " superposition de loges secrètes ".

Neuvième réfutation :

En ce qui concerne le secret maçonnique, à nouveau la démonstration de l’auteur est des plus fantaisistes :

D’abord, on ne voit vraiment pas en quoi le fait de s’engager à ne pas dévoiler l’appartenance maçonnique d’un autre frère porterait atteinte à la liberté et à la dignité humaine. Il n’est quand même pas très compliqué de comprendre que, dans un monde où la bêtise et l’agressivité sont malheureusement chose courante, il appartient à la simple prudence d’éviter de divulguer une appartenance qui peut susciter l’envie, la jalousie, l’incompréhension, voire l’hostilité de tous ceux qui voient dans la maçonnerie un obstacle à leur volonté de construire un monde où toute liberté est bannie. Le temps des idéologies totalitaires de droite ou de gauche n’est quand même pas si éloigné.

Par contre, celui qui a le courage de s’afficher peut le faire sans aucune réticence de l’Ordre. Il s’y engage donc consciemment et librement.

Ensuite, la démarche initiatique suppose de gravir des degrés qui sont à la fois personnels et multiples, et bien plus nombreux en réalité que les degrés symboliques connus du grand public. Chaque degré suppose une réalisation différente du précédent. Celle-ci ne peut donc être partagée avec qui ne l’a pas accomplie. Le secret n’est donc pas quelque chose qui est exigée de l’extérieur. C’est une conséquence de la transformation intérieure qui s’accomplit dans l’individu qui progresse.

Enfin, l’auteur affirme sans en dire davantage « qu’il existe un secret spécial, fruit d’une initiation aux formes douteuses. » On se demande où un profane est allé chercher une telle révélation. L’auteur nous fait espérer beaucoup en ne nous disant rien et en laissant entendre qu’il en sait très long. Grand bien lui fasse mais je crois qu’il s’est laissé abuser par son goût … du secret.

L´initiation est censée conduire à une révélation intérieure illuminant celui qui en est l´objet au fur et à mesure qu´il avance sur la voie de la connaissance. A sa manière, la franc-maçonnerie est donc une gnose " au nom menteur " (saint Irénée) avec une dimension occultiste très inquiétante.

Unique approbation :

La seule chose juste que l’auteur a pu écrire est qu’en effet l’initiation est une progression intérieure vers la Lumière et que la connaissance se fait par appropriation et identification duconnaissant au connu. C’est donc en effet une GNOSE mais son nom n’est pas menteur puisqu’au contraire elle mène l’adepte à la Vérité.

Pourtant, certains se revendiquent d´une double appartenance : à l´Eglise et à la Franc-maçonnerie ? Je suis bien conscient que ce que je viens de dire ne plait pas à tout le monde. Je n´ignore pas non plus qu´un illustre jésuite, le père Riquet - pour ne pas le nommer - a défendu une position différente de celle de l´Eglise. Il l´a même fait connaître dans un livre publié peu de temps avant son décès.

A titre personnel, j´ai de l´estime pour le père Riquet. Je rends hommage à son courage pendant la deuxième guerre mondiale. C´est sans doute, un religieux exemplaire sous beaucoup de rapports. Mais à propos de la franc-maçonnerie, il s´est gravement trompé, probablement abusé par des amitiés nouées en des circonstances difficiles et par une bonne dose de naïveté.

A ce propos, il est salutaire de se souvenir que si instruits que nous soyons, nous demeurons fragiles, exposés à de nombreuses erreurs. Un lecteur attentif découvre sans peine que le père Riquet fait preuve de beaucoup de crédulité, par exemple, lorsqu´il affirme que le symbolisme de la franc-maçonnerie peut conduire à la découverte de Jésus Christ ! En revenant à votre question initiale, je tiens à ajouter que les évêques, et moi le premier, nous sommes la voix de l´Eglise dans la mesure où nous agissons en communion les uns avec les autres autour du " serviteur des serviteurs " qu´est le pape.

La déclaration de la Congrégation pour la doctrine de la foi est une déclaration qui doit éclairer notre action pastorale.

- Après tout ce que vous venez de nous dire, Père évêque, quelle attitude avoir à l´égard des francs-maçons ?

- Ma réponse est celle-ci : la franc-maçonnerie constitue un défi qu´il faut relever sereinement et courageusement. Certes, il ne faut pas exagérer l´influence de la franc-maçonnerie ; il ne faut pas, non plus, la sous-estimer. L´attitude d´un catholique agissant en cohérence avec sa foi, doit, me semble-t-il, être la suivante : d´abord la clairvoyance.

Cela signifie connaître avec exactitude les véritables objectifs que poursuit la franc-maçonnerie.

Et visiblement, dans ce texte, ils sont ignorés …

Ensuite, le désir d´approfondir sans cesse la foi chrétienne. L´ignorance est le grand ennemi de la foi.

Enfin, la résolution de suivre de plus en plus fidèlement Jésus Christ. L´exemple est plus convaincant que la seule parole.

Et voici le mot de la fin : notre vraie force est de prendre appui sur Jésus
Christ. Lui seul peut changer les coeurs. C´est pourquoi, autant il faut
combattre la franc-maçonnerie en rappelant qu´elle est une forme
particulièrement nocive de " gnose ", autant il faut poser sur les
francs-maçons un regard d´espérance, regard né d´une authentique charité, car " rien n´est impossible à Dieu " ! »


Conclusion :

Notre auteur accumule donc les poncifs et les erreurs qui présentent la Franc-Maçonnerie comme une sorte de construction doctrinale unifiée – une idéologie – en ignorant la très grande complexité de l’Ordre qui recouvre des démarches personnelles particulièrement diverses … voire considérablement éloignées.

Il reprend à son compte toute l’ignorance et la défaillance qui est au cœur de la condamnation de la maçonnerie par l’équipe ouest-allemande menée par celui qui était alors le cardinal Ratzinger. Sa vision de la maçonnerie est partielle et partiale. Le pire n’est cependant pas cette condamnation elle-même qui navre les maçons catholiques sans cependant dissoudre leur double démarche complémentaire exotérique et ésotérique, religieuse et initiatique.

Non, le plus grave est dans le rejet de son ésotérisme par le dernier exotérisme traditionnel et régulier d’Occident et il est triste de constater, en lisant ce texte, à quel point l’église catholique d’aujourd’hui, par la bouche de l’un de ses représentants officiels, est coupée de la part ésotérique qui est pourtant constitutive de sa Tradition régulière, au même titre que sa part exotérique !

Pour prendre une analogie, c’est comme si les plus hautes autorités de l’Islam condamnaient officiellement le soufisme ou les juifs la Kabbale : c’est, pour la religion qui prend ce chemin, un sérieux pas vers le dessèchement et la stérilité. La conséquence en est la rupture du lien que l’ésotérisme a pour mission de maintenir entre l’exotérisme et le Centre spirituel.

Un exemple ? : Cherchez la référence à Melkitsedek dans l’actuelle liturgie catholique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: catholique et franc-maçon : troisième partie   Sam 12 Sep - 10:24

Ce double regard : regard d'un Evêque sur la FM.*. et regard d'un Frère est passionnant !

Je pense que la religion chrétienne n'est pas seulement "exotérique", et qu'il existe des cheminements ésotériques, notamment dans le catholicisme.

- Tout d'abord, pour le "peuple des croyants", la messe est une cérémonie ésotérique, ainsi que le baptême, la confirmation, la communion, le mariage, l'extrême onction... Mais les "clés de lecture du symbolisme catholique" ne sont pas données au "peuple" par les "clercs"... Dommage ! Cela viendra peut-être un jour ?

- Quant au clergé, il suit un cheminement que je qualifie aussi d'initiatique et ésotérique. Il existe aussi des grades, avec des cérémonies initiatiques : l'ordination du Prêtre... etc... jusqu'à l'élévation à la fonction de Pape.

J'ai visité de Vatican.
Dans la crypte souterraine des tombeaux des Papes, on peut voir, exposée à la vue de tous, toute la cérémonie "d'élévation à la fonction de Pape" sur des petites sculptures : c'est le "chemin de croix" de Jésus qui est ré-actualisé et re-vécu par chaque Pape.
J'étais ébahie par ce que je voyais !
Et il ne s'agit pas du "chemin de croix" du Christ. Aucun doute. Parce qu'il y a plein de "détails" différents, et notamment le "récipiendaire" est entouré des autres membres du clergé catholique !

Il y a donc un "clergé ésotérique", avec ses "grades", ses cérémonies...
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: catholique et franc-maçon : troisième partie   Dim 13 Sep - 23:09

Ma très chère sœur Pierrette,

Je pense qu'à ses débuts le christianisme, comme toute tradition régulière, mêlait l'exotérique et l'ésotérique.

D'ailleurs, quand le Christ était présent parmi nous il était à la fois la voie exotérique et la voie ésotérique.

D'ailleurs, la religion chrétienne des premiers siècles offrait une initiation graduelle et i on peut en discerner quelques traces dans les Evangiles apocryphes.

Puis, le temps a passé et peu à peu les clercs et le peuple chrétien n'ont plus compris le sens caché des choses sacrées. Aujourd'hui, la plupart ne sauraient plus soulever le voile et nient même toute légitimité à la part ésotérique de la tradition chrétienne qu'ils confondent avec une "gnose au nom menteur".

S'il y a encore une part d'ésotérisme dans le christianisme actuel, sa réalité est bien cachée au commun des chrétiens.

Et pourtant, qui sait si quelques francs-maçons n'en savent pas plus long à ce propos que bien des chrétiens, fussent-ils clercs ?
Revenir en haut Aller en bas
Emanuel
Invité



MessageSujet: Catho et FM   Ven 27 Nov - 16:25

Je découvre.

Merci de cette excellente analyse.

Un blog à visiter (si ce n'est déjà fait)
lodgamour.blogspirit.com/about.html
Désolé pas réussi à faire ressortir le lien.

Frat:.
Emanuel
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: catholique et franc-maçon : troisième partie   Sam 28 Nov - 21:26

Malheureusement, l'infatigable Maurice Caillet fait à nouveau parler de lui et de son "combat" pour prouver que l'on ne peut être catholique et franc-maçon.

Il est donc important que les francs-maçons soient fiers d'appuyer leur démarche initiatique sur une solide base chtérienne et se donnent les moyens, par une argumentation solide et étayée, de rassurer ceux d'entre nous qui pourraient être troublés par les arguties anti-maçonniques de ceux qui ne peuvent comprendre l'Art Royal.
Revenir en haut Aller en bas
lucien



Nombre de messages : 150
Age : 67
Localisation : marbais
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: catholique et franc-maçon : troisième partie   Ven 14 Oct - 9:12

L'on peut souligner que, si selon l'opinion de certains, l'on ne peut être catholique et franc-maçon, cela n'implique pas le chrétien et le franc-maçon.

Il s'agit d'une position institutionnelle assez récente au regard de l'histoire (car qui a construit les cathédrales sinon les "ancêtres" de la franc-maçonnerie.

Et par ailleurs, le Saint-Esprit n'est pas tout à fait étranger à la filiation, à la continuité.
(et ce malgré les dire de certains)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: catholique et franc-maçon : troisième partie   

Revenir en haut Aller en bas
 
catholique et franc-maçon : troisième partie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE SERMON SUR LA MONTAGNE. LES BEATITUDES (Troisième partie)
» Vidéo-cinéma : "L'instant d'après - Sur l'Enlèvement des Élus" !
» Benoît XVI à Fatima: Le Troisième Secret...
» Marie de Nazareth ( Cette vidéo est anti-catholique. Nous ne pouvons la recommander aux membres.)
» L’Église dite Catholique Apostolique et Romaine Adrien Ladrierre PARTIE 1 LA PAPAUTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins Initiatiques :: Le coin des discussions :: à la porte du Temple-
Sauter vers: