Chemins Initiatiques

Forum d'une Loge Libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» je mets le forum en sommeil
Ven 18 Avr - 15:18 par Florence

» Le maçon est-il à la fois fier et humble?
Mar 11 Fév - 1:31 par Tao

» le breuvage d'amertume.
Dim 2 Fév - 17:05 par Bon Feu

» Scandales maçonniques
Dim 19 Jan - 5:19 par Bon Feu

» Présentation
Dim 19 Jan - 5:04 par Bon Feu

» le rituel de l'ombre
Sam 14 Déc - 16:06 par Bon Feu

» article sur la vision guénonienne de l'initiation
Sam 7 Déc - 18:28 par lucien

» voute etoilee
Mer 20 Nov - 12:54 par Bon Feu

» une bonne nouvelle
Dim 17 Nov - 7:45 par Bon Feu

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
à lire

Partagez | 
 

 Apologie du silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 62
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Apologie du silence   Jeu 1 Oct - 0:14

Je voudrais lancer une discussion sur le silence en vous livrant ces quelques réflexions :

Dès l’épreuve de la terre, dans le cabinet de réflexion, le silence est imposé au candidat à l’initiation.

Dès la première tenue, il est imposé à l’apprenti dont il apparaît à l’évidence comme le premier bienfait de l’initiation, comme le plus palpable, le plus concret.

En même temps, son corollaire immédiat, « l’écoute » se manifeste comme le premier enseignement initiatique ... peut-être un peu trop facilement attendu car, au fond, le nouveau frère aspire au silence.
Issu de la cacophonie du monde profane, fuyant l’assourdissant bavardage et la profonde surdité des réunions sociales, le nouvel initié attend de la Franc-Maçonnerie qu’elle le délivre de ses chaînes et de leur tintement.
C’est donc volontiers et avec volupté qu’il se livre au silence qui lui est imposé et ne semble pesant ni au bavard impénitent, ni au professeur ni à l’avocat car, en échange de leur silence et de leur écoute, les nouveaux initiés obtiennent immédiatement un bien précieux.

De ce bien, une fois les portes du Temple provisoirement closes, ils se repaissent, ils le ressassent et le remâchent derechef pour le distiller avec délice dans chaque réunion profane, familiale ou professionnelle. Ils apprécient alors l’impression de changement donnée aux profanes, lesquels ne manquent pas de s’étonner et de s’émerveiller de leur brusque évolution :

« Comment, lui si bavard, fait-il pour s’imposer une telle qualité d’écoute
par son silence et sa discipline ? »

De ce que je viens de décrire, nous avons tous fait l’heureuse expérience. Au seuil de notre mise en route sur la voie initiatique, elle semble proclamer au nouveau frère qu’il a trouvé la bonne voie, celle qui conduit à la sagesse. Elle parait une preuve évidente de l’exactitude de son choix puisqu’il en éprouve si aisément la justesse dans sa vie quotidienne.

Mes frères, nous savons cependant que nous devons nous méfier de cette apparente facilité qui nous leurre car tout ce que nous découvrons ensuite nous apprend que la voie initiatique est une difficile ascèse.
Loin d’être pavée de roses, c’est une suite de sacrifices, de dépouillements, d’épuration dont le jeune maçon perçoit à peine la longue litanie.

Il lui faudra rompre avec l’orgueil et la vanité, rechercher le devoir et non les honneurs, faire assaut d’humilité et se livrer jusque dans son intimité. Il faudra accepter de ne pas chercher à briller par son érudition et se soumettre à la Règle même si l’on n’en perçoit pas la pertinence.

Il faudra accepter que des apprentis, par ignorance, profèrent des sottises, que des compagnons, par fanatisme, se vantent d’avoir trouvé la lumière alors que leurs ténèbres sont encore épaisses, que des maîtres, par ambition, briguent des honneurs qui ne devraient être que des charges.

Il fera alors souffrir, ce silence imposé. Elle paraitra bien lourde cette écoute qui devient à son tour assourdissante puisqu’on ne peut immédiatement exprimer tout ce que l’on a sur le cœur, puisque l’on ne peut faire part à ses frères de ces vérités qui paraissent si éclatantes et que l’on voudrait voir partager par tous.

Et pourtant, la parole est permise, elle est même recommandée, mais disciplinée dans la forme rituélique et soumise à la critique constructive de ses frères.

Alors, peu à peu, après avoir vécu la quiétude du silence protecteur, puis le bouillonnement de la frustration et de la parole interdite, les adeptes apprennent que le silence et la parole ne font qu’un car ils constituent l’avers et le revers d’une méditation dont les fruits sont les planches que chacun doit savoir distiller pour le bien de l’atelier et la gloire du Grand Architecte de l’Univers.

Avant de devenir compagnon, et de pouvoir librement briser le silence qui lui a été imposé jusqu’alors, chaque apprenti pourrait méditer la parole du sage égyptien Aménémopé, scribe de Thot au temps de Toutmosis IV, il y a 3400 ans :

Le bouillonnant dans le temple
ressemble à un arbre qui pousse en un lieu clos.
La pousse de ses rameaux ne dure qu’un faible moment
et il finit dans le bûcher.
Le flottage l’emporte loin de sa juste place,
la flamme est son linceul.
Le vrai silencieux, qui se tient à l’écart,
ressemble à un arbre poussé dans une prairie.
Il verdit, double sa production et se dresse devant son maître.
Ses fruits sont doux, son ombre est délicieuse.
Il va jusqu’à son terme,
dans le jardin.
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Mar 13 Oct - 20:26

Après lecture,
"Issu de la cacophonie du monde profane, fuyant l’assourdissant bavardage et la profonde surdité des réunions sociales, le nouvel initié attend de la Franc-Maçonnerie qu’elle le délivre de ses chaînes et de leur tintement.
C’est donc volontiers et avec volupté qu’il se livre au silence qui lui est imposé et ne semble pesant ni au bavard impénitent, ni au professeur ni à l’avocat car, en échange de leur silence et de leur écoute, les nouveaux initiés obtiennent immédiatement un bien précieux".
Je suis du côté profane et non mythomane, mais je n'ai rien lu d'aussi vrai, ayant perçu ce bien-être au cours de réunions aux quelles j'étais convié et ou j'ai aimé me taire et écouter, pour mieux penser et me souvenir, sans regret. Merci pour ces souvenirs...
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Apologie du silence   Jeu 15 Oct - 5:57

...un des premiers travaux,que je dois reussir
Revenir en haut Aller en bas
lucien



Nombre de messages : 150
Age : 67
Localisation : marbais
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Mer 26 Oct - 11:17

Réflexions :
Le silence : il y a le silence du cabinet de réflexion, le candidat est seul, invité à s’écouter pour se dire vrai, dire vrai (testament philosophique – philosophie = amour de la sagesse, et donc indication du Chemin, de l’ « aller » vers cette Sagesse) ; mais aussi, pour voir vrai grâce aux miroirs des symboles ;

Le silence (ne pas parler) sera maintenu (sauf dans la confirmation des engagements qu’il veut librement prendre) et, pour qui comprend l’Art, sera « son compagnon », son « non-agir » qui le conduira vers la Lumière intérieure devant laquelle s’effaceront les illusions (la traversée de la « mer des passions » qu’est le monde ou état mental – plus généralement, le « monde », le samsara).

Par ailleurs, l’ « effacement des illusions » renvoie au dépouillement, travail initiatique actif, voulu, c’est le Devoir de l’engagement, c’est le travail initiatique dont sera responsable le maçon.

Cette pratique du silence essentiellement intérieur vers le Silence dans l’effectuation d’un rituel, cadre symbolique dynamisant, fait de la F :. M :. Initiatique un réel « Centre d'Union » non seulement des hommes mais des divers courants spirituels qu’elle est à même de réunir en son sein.

Amitiés
Revenir en haut Aller en bas
carlosV



Nombre de messages : 1
Age : 47
Localisation : lille
Date d'inscription : 12/02/2012

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Dim 12 Fév - 21:09

Un bonsoir à tout mes BASS FF, et autres personnes présentent sur ce forum. Je suis nouveau, je découvre. Il m'a semblé assez cocasse de commencer par le silence... Encore apprenti, j'ai donc pu faire l'expérience de notre silence et ainsi découvrir toutes ses vertus. Profane, j'entendais parfaitement, aujourd'hui j'écoute...il m'a aussi enseigné l'humilité. Frat:. Carlos
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 62
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Lun 20 Fév - 9:43

Bonsoir à toi, mon frère et bienvenue sur ce forum,

Tu verras que son activité n'est pas débordante, les interventions n'étant pas quotidiennes. Néanmoins, les textes sont de qualité et les participants toujours courtois et soucieux du soin apporté aux formulations et à l'orthographe.

Je pense donc que les lecteurs, même s'ils ne s'expriment pas souvent, trouvent dans les articles présentés (et fréquemment complétés) une bonne matière à réflexion.

Fraternellement

Jean Serlun
Revenir en haut Aller en bas
HARMONIE

avatar

Nombre de messages : 6
Age : 80
Localisation : charente maritime
Date d'inscription : 31/03/2012

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Sam 31 Mar - 19:30

Au début le silence nous apparaît comme un bienfait ,l'apprentie se sent protégée , pour elle se qui se passe lui est totalement étranger, profane, elle croyait savoir, et elle ne sait rien. Au fil des mois sa perception change, elle passe par une sorte d'impatience, ah! si elle pouvait parler. Certains silences de ses maîtresses, elle ne les comprend pas, si elle avait droit à la parole,elle dirait autre chose, elle. Puis vient le silence de la compréhension,elle écoute,elle entend, heureuse de ne pas avoir la responsabilité de s'exprimer, et vient le jour tant attendu ou la parole, lui est redonnée, et là , souvent, l'apprentie reste muette, elle attend le moment ou elle pourra prononcer des mots qui apporterons une vue nouvelle sur le sujet qui est traité. C'est là que le danger guette, car il arrive parfois, qu'une apprentie muette, devienne une compagnonne et une maîtresse muette
Revenir en haut Aller en bas
Mirak



Nombre de messages : 2
Age : 32
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 03/04/2012

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Mar 3 Avr - 17:03

Il existe plusieurs raison au mutisme du compagnon :
1 Il s'en fait un mode de conduite
2 Il se s'en alaise
3 Peur de l’échec
4 Pas d'esprit initiatique
etc....

Il est de sont intérêt à ce que cela se déroule correctement afin de jouir de ce qu'il recherche. Ce n'est pas trop problématique le trie s’effectuera plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Puritus



Nombre de messages : 28
Age : 60
Localisation : Province de Québec
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Dim 23 Sep - 18:34

Pour avoir pratiqué le zen soto et d'autres types de méditation assises, le silence de mon apprentissage ne fut pas une surprise et encore moins une difficulté. Mais, très étrangement, c'est toujours plus tard, une fois seul et méditant certaines paroles entendues dans l'atelier, que lors d'une marche dans la nature le fruit de cette écoute attentive venait a surgir au travers de mon propre verbe. Écouter est une chose, s'entendre en est une autre !
Revenir en haut Aller en bas
pierre breillat



Nombre de messages : 15
Age : 64
Localisation : Melun 77
Date d'inscription : 14/07/2013

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Jeu 18 Juil - 17:00

Pour faire suite au sujet lancé par mon frère Jean.
Le silence. Je sors de l'ombre verte de mon acacia pour aller à votre rencontre.
Dans mon parcours d'opératif de presque 10 ans d'apprentissage (dont 5 ans au Japon), j'ai été happé par le silence. Je l'ai vécu de l'intérieur. Le silence, dans ce contexte peut-être assimilé à une ascèse imposée. Le maître règne sur l'atelier. Le compagnon œuvre et l'apprenti observe en silence. Un maître n'explique pas, on l'écoute, on regarde ses gestes et on le copie à l'envi. Finalement, j'ai plus appris par les compagnons et la Maîtresse, celle qui nous donne gîte et couvert. Tout ceci pour dire que 10 ans de quasi mutisme, poli l'égo et plie l'échine. J'ai mis longtemps à me libérer.
Maintenant que je suis dans une loge spéculative, (GLDF) je comprends bien ce que Silence signifie. Mais la parole prend toute sa signification par opposition.
Dans ma loge mère, le vénérable se plaint souvent que les compagnons et maîtres ne participent pas assez aux questions d'après planches. Preuve que la parole est aussi difficile que le silence.
Ce dernier à l'avantage de laisser supposer qu'on a quelque chose à dire...sait-on jamais?
Harmonie, dans son message du sam 31/03/2012 le traduit bien.
Prendre la parole, c'est se découvrir. C'est éventuellement se tromper. De toute façon, poser une question sur un planche tracée demande une acuité et une connaissance du sujet.
Mais après tout, sortir du silence c'est expérimenter en utilisant ses outils de tailleur.
Le silence, c'est la pierre à peine dégrossie juste sortie du placenta de la carrière. Le silence c'est le recul, le temps de l'observation (très important), et si on veut se délivrer du mutisme c'est souvent pour exister. L'enfant qui nait ne prend-il pas la parole de force? Il veut vivre et le fait savoir. Puis il va apprendre à laisser les autres s'exprimer. Et un jour, on devient apprenti F:.M.: en restant dans l'ombre et le silence du Septentrion.
Finalement, je crois avoir plus parlé de la parole que du silence...j'aurais du me taire...
Je travaille mes frères, je travaille...
Zétéo
Revenir en haut Aller en bas
Tao



Nombre de messages : 110
Age : 43
Localisation :
Date d'inscription : 11/09/2009

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Jeu 18 Juil - 20:20

Saluton al vi, Gefratoj !

Ce forum semble avoir fait sien ce principe...

Spirite,
Revenir en haut Aller en bas
Bon Feu

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 39
Localisation : amérique centrale
Date d'inscription : 18/11/2012

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Ven 19 Juil - 5:30

Mes BBCCFF.: Mes TTCCSS.:
sujet très intéressant que le silence.

J'ai retrouvé ici, dans les différentes interventions, des sentiments vécus en Loge:
le réconfort du silence, puis sa frustration.

L'incompréhension de voir certains FF, que je perçois tel de haut savoir Maçonnique, garder leur réserve suite à des planches, alors que je bouillonnais à mon Septentrion... Laughing "comment peuvent ils ne pas s'exprimer alors que..."
Je ne sais toujours pas pourquoi certains FF gardent le silence alors qu'il y aurait tant à dire, et je me garderai bien d'essayer d'interpréter leurs intentions car je me fourvoierai à coup sûr.

j'étais partisan d'appliquer "celui qui sait donne à celui qui ne sait pas", mais je me cantonnerai à l'appliquer entre FF désireux de partage, car je reste mitigé vis à vis du monde profane et ses réunions mondaines, où l'on se coupe la parole, on n'écoute pas la réponse à une question posée, où les propos sont parfois déformés.

veuillez excuser ce poncif, mais je ne peux que déplorer, que des qualités élémentaires de courtoise écoute, ou de respect, comme les vertus de tolérance et de bienveillance, qui sont de coutumes entre les FF et SS, deviennent exceptionnelles voire rarissimes dans le monde profane. Rolling Eyes 

mais je ne perds pas espoir d'aider mon prochain à entendre ce point de vue... j'y vais juste avec plus de pondération qu'avant, et attend de posséder les bons outils intellectuels et didactiques pour y parvenir avec plus d’efficacité. Donc: OUI. dans ce sens, je tendrais à faire l’apologie du silence. Very Happy 

pour ce qui est des interventions en Loge, et plus largement dans notre Fraternel milieu maçonnique, pour ce qui me concerne je m'efforce de sortir du silence et de participer le plus possible à l’Oeuvre, c'est pour moi une bonne façon de progresser et d'apprendre (de mes erreurs bien sûr!)

en conclusion je me permettrai de paraphraser Épictète (le Manuel):
"la plupart du temps, tais-toi, ou, si tu veux parler, attends d'y être contraint et fais le en peu de mots."

 
Tao a écrit:
Ce forum semble avoir fait sien ce principe...
Twisted Evil  je te félicite pour ce bon mot mon Très Cher Frère!
Very Happy 

Fraternellement
BF

_________________
Le plus vif de tous les feux...
Revenir en haut Aller en bas
pierre breillat



Nombre de messages : 15
Age : 64
Localisation : Melun 77
Date d'inscription : 14/07/2013

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Ven 19 Juil - 11:52

A Bon Feu, chères sœurs, chers frères.
Je viens de te lire. Ma pensée coule comme le ruisseau. "réconfort du silence...puis frustration" dis-tu.
Il me semble qu'il n'y a pas de plaisir sans frustration. Sans tomber dans la psychologie de bar, cette notion me semble importante. Concernant le silence de bien des sœurs et frères a probablement plusieurs raisons. Certains officiers du collège doivent d'abord laisser circuler la parole avant les autres. Les sujets sont parfois étrangers aux centres d'intérêts du F.:M.: et puis il faut prendre des notes et réagir vite...si non c'est déjà trop tard. Dernier point. Je pense que notre éducation ne forme pas à la prise de parole (je ne parle même pas de rhétorique). On n'apprend pas à parler devant un auditoire donc à structurer un mental qui n'est pas fait de notes, de papier...il faut inventer et prendre le risque de bafouiller, de chercher un mot, de perdre le fil ou tout simplement de se faire gentiment contrecarrer.
Notre symbole de la pierre à polir est là aussi. Ce n'est pas juste essayer d'être parfait. Il faut aussi équarrir, se boucharder, se mettre à la cote...et enfin se polir.
Pour ma part, j'aime participer à la parole (question ou apport) et j'essaie toujours d'acter pour faire avancer les choses.
J'ai dit.
zétéo
Revenir en haut Aller en bas
Bon Feu

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 39
Localisation : amérique centrale
Date d'inscription : 18/11/2012

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Ven 19 Juil - 18:08

merci Très cher Frère Pierre pour ta réponse. Very Happy 

je suis encore loin du polissage... hier encore, une réaction passionnelle m'a surpris tel à l'orée d'un bois...

très bon apprentissage pour moi, où j'en recueille les fruits aujourd'hui en corrélation avec ton sage message:
dégrossir sa Pierre intérieure de ses aspérités peut être un travail plus conséquent qu'on n'aurait pu se l'imaginer initialement.

pardon pour se succinct message, si vous me le permettez, je retenterai demain avec une pensée, j'espère, plus étayée!
Very Happy 
CCSS.: & CCFF.:, je vous souhaite une merveilleuse journée.
j'ai dit;
BF

_________________
Le plus vif de tous les feux...
Revenir en haut Aller en bas
pierre breillat



Nombre de messages : 15
Age : 64
Localisation : Melun 77
Date d'inscription : 14/07/2013

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Ven 19 Juil - 19:47

Sœurs & frères
La passion est-elle un vice? Lorsqu'on se met à l'ordre, on se tranche symboliquement la gorge pour de nobles raisons. Mais en fait, le signe consiste à séparer le corps de la tête, ce, corporellement s'entend. Sachant que nous vivons dans une relation corps/cerveau:cerveau/corps comment peut-on séparer le corps en deux parties. Je comprends le sens mais comment annihiler les sens de sa conscience. Car la passion c'est les sens. Si non nous ne sommes que des robots. Souvent en loge on me reproche (gentiment) de bouger mon bras gauche pour appuyer ma parole. Je dois être immobile.??? Est-ce possible? Si oui, il me faut vivre en retrait du monde et de son chaos. Mes sens me servent à me repérer et à sentir, voir... autour de moi. Alors comment rester immobile dans son corps comme dans sa parole.
Bien sûr la F.:M.: c'est respecter l'autre dans sa personnalité...mais de temps en temps c'est difficile. Il faut se contrôler en restant digne. Je crois me souvenir de plusieurs points à respecter lorsque la parole circule.
1) On ne répond ni ne regarde celui qui planche. On s'adresse au vénérable.
2) On intervient une seule fois pour éviter la conversation entre deux interlocuteurs...ça peut chauffer à ce moment là.
3) On évite les longues questions ou réponses. Également les monologues.
Voilà mon frère Bon Feu.
Fraternellement.
zétéo
Revenir en haut Aller en bas
pierre breillat



Nombre de messages : 15
Age : 64
Localisation : Melun 77
Date d'inscription : 14/07/2013

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Ven 19 Juil - 19:49

On s'écarte du sujet!!! Apologie du silence a proposé Jean.
Groupir mes frères, groupir!
Zétéo
Revenir en haut Aller en bas
Bon Feu

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 39
Localisation : amérique centrale
Date d'inscription : 18/11/2012

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Ven 19 Juil - 20:37

cher Frère Pierre, Very Happy
merci pour ta réponse et pour t'être ouvert à titre personnel.
F.: Pierre Breillat a écrit:
Il faut se contrôler en restant digne
effectivement, je parlais ce matin de maitriser ses passions par le biais de l'apologie du silence.

Ce fut hier une réaction passionnelle (vite endiguée, je vous rassure) suite à des pics qui m'ont (par mon interprétation) injustement été dirigés.
par le silence et le maintient de soi, j'aurais pu rester digne. Ma pierre n'est pas encore suffisamment dégrossie! Razz 
aurais-je du garder à l'esprit ces mots de notre respectable Frère Rudyard Kipling:
"Si tu peux supporter d'entendre tes paroles,
Travesties par des gueux pour exciter des sots"


ou alors Épictète (qui m'est cher que je cite décidément à tout va aujourd'hui!):
"Face à qqun qui te fait du tort par sa conduite ou ses propos, souviens toi que s'il agit ainsi, c'est qu'il pense avoir raison. C'est [sa façon de penser] qui le guide.[...]
En te fondant sur ce principe, tu garderas ton sang froid face à ceux qui t'insultent: chaque fois, tu n'auras qu'à te dire: "C'est ce qu'il pense".
"
tout ceci renforce pour moi l’apologie du silence, dans ce cas présent, dans le monde profane.
Fraternellement
BF

_________________
Le plus vif de tous les feux...
Revenir en haut Aller en bas
pierre breillat



Nombre de messages : 15
Age : 64
Localisation : Melun 77
Date d'inscription : 14/07/2013

MessageSujet: Re: Apologie du silence   Dim 28 Juil - 14:34

La pensée est fluide, vagabonde, divagante, incertaine...et puis un grain de lumière.
Mais c'est bon sang bien sûr!!!
Si la parole est sacrée je pense encore et je signe ce que dessus, l'écriture est encore plus sacrée car elle est SILENCE.
Je pense (réflexion, intériorité) et je libère la pensée en parole. C'est là un des aspects sacré de la parole. C'est indéniable mais toujours avec le risque de double sens, quiproquo....
Mais, penser (réflexion, intériorité) puis écrire c'est graver cette pensée en un matériau inaltérable, pérenne et indestructible (quasi).
De plus si la parole requiert un apprentissage (écoute/répétition/expérimentation, autonomie), l'écriture demande une initiation. (observation, dessin, copie, réplique, autonomie).
Je vois donc là, encore un point à rajouter au sacré.
J'ai dit.
zétéo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Apologie du silence   

Revenir en haut Aller en bas
 
Apologie du silence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apologie sur la paix
» Lady Gaga fait elle l'apologie du satanisme???
» La Croix de Tous les Peuples: Comment devons-nous interpréter cette apologie de l'islam?
» Présentation et Apologie de la géographie rurale
» Apologie de Socrate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins Initiatiques :: Le coin des discussions :: à la porte du Temple-
Sauter vers: