Chemins Initiatiques

Forum d'une Loge Libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» je mets le forum en sommeil
Ven 18 Avr - 15:18 par Florence

» Le maçon est-il à la fois fier et humble?
Mar 11 Fév - 1:31 par Tao

» le breuvage d'amertume.
Dim 2 Fév - 17:05 par Bon Feu

» Scandales maçonniques
Dim 19 Jan - 5:19 par Bon Feu

» Présentation
Dim 19 Jan - 5:04 par Bon Feu

» le rituel de l'ombre
Sam 14 Déc - 16:06 par Bon Feu

» article sur la vision guénonienne de l'initiation
Sam 7 Déc - 18:28 par lucien

» voute etoilee
Mer 20 Nov - 12:54 par Bon Feu

» une bonne nouvelle
Dim 17 Nov - 7:45 par Bon Feu

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
à lire

Partagez | 
 

 7. Contre le mélange des formes traditionnelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 62
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: 7. Contre le mélange des formes traditionnelles   Ven 2 Oct - 23:51

Chapître 7 : contre le mélange des formes traditionnelles (page 48-52) :

a) unité et diversité des formes traditionnelles :

Dans la tradition hindoue, il y a deux façons opposées d’être en dehors des castes, l’une inférieure (avarna = sans caste au sens privatif), l’autre supérieure (ativarna = au-dessus des castes). Le second cas est rare dans les conditions actuelles alors que c’était le cas normal des hommes de l’époque primordiale.

Analogiquement, on peut aussi être en deçà ou au-delà des formes traditionnelles : l’homme sans religion du monde occidental moderne est situé dans le premier cas tandis que celui qui a pris effectivement conscience de l’unité et de l’identité fondamentale de toutes les traditions est dans le second cas : c’est aussi très exceptionnel.

La prise de conscience effective de cette unité fondamentale des traditions suppose une connaissance théorique et l’adhésion à une forme déterminée à laquelle on se tient strictement tout en s’efforçant de comprendre les autres formes aussi complètement et aussi profondément que possible.
Néanmoins, il est inutile, vain, nuisible et dangereux de faire usage de moyens rituels appartenant en propre à plusieurs formes différentes.

Rappelons que l’initiation est obtenue par le rattachement à une organisation relevant d’une forme traditionnelle déterminée. Elle est un commencement et celui qui la reçoit est bien loin de pouvoir être effectivement au-delà des formes traditionnelles.
Les formes traditionnelles peuvent être comparées à des voies qui conduisent toutes au même but (à condition qu’elles soient complètes, c’est-à-dire à la fois exotériques et ésotériques) mais n’en sont pas moins distinctes.
On ne peut suivre plusieurs voies à la fois et l’on suivra jusqu’au bout celle que l’on a choisie sauf à s’égarer si l’on s’en écarte.

b) celui qui est parvenu au centre :

Seul celui qui est parvenu au terme domine toutes les voies et cela parce qu’il n’a plus à les suivre. Il pourra donc pratiquer toutes le formes parce qu’il les a dépassées et qu’elles sont pour lui unifiées dans leur principe commun.

Celui qui est arrivé à ce stade continuera, à titre d’exemple, à pratiquer extérieurement une forme définie mais pourra, selon les circonstances participer à d’autres formes puisque, au point où il en est, il n’y a plus de différences entre elles.
Pour lui, les formes ne sont plus des voies mais elles subsistent en tant qu’expression de la Vérité Une, que l’on utiliser comme on peut parler en différentes langues pour se faire comprendre (cf signification initiatique du « don des langues »).

Entre celui qui mélange de façon illégitime les formes traditionnelles et celui qui les a dépassées et les domine, il y a la même différence qu’entre le syncrétisme et la synthèse.

L’initié véritable se place au centre commun où aboutissent toutes les formes traditionnelles se rapprochant peu à peu mais ne se confondant jamais.

Une forme traditionnelle devenue incomplète est comme une voie coupée ne menant plus au centre ou devenue impraticable par impossibilité de passer du domaine exotérique au domaine ésotérique.
Vues du centre, les voies sont comme des rayons qui le relient à la circonférence, y compris celles qui ne sont plus praticables jusqu’au bout depuis la périphérie.

Tant qu’on n’est pas au centre, on reste « extérieur », même de sa propre forme traditionnelle, et à plus forte raison des autres qui ne peuvent être d’aucun secours pour son développement spirituel : de nouveau le syncrétisme.
C’est d’autant plus dangereux que l’on sort par là de la théorie et qu’une mise en pratique syncrétique peut entraîner une déviation ou un arrêt de ce développement intérieur que l’on croyait pouvoir être plus facile.
Exemple de celui qui, pour obtenir une guérison, utiliserait plusieurs médicaments dont les effets se neutraliseraient mutuellement ou bien entraîneraient une réaction dangereuse pour l’organisme.

c) risques psychiques du mélange des formes traditionnelles :

Une considération technique s’ajoute à la raison proprement doctrinale s’opposant à la validité de tout mélange des formes traditionnelles :
Le mélange des rites provoquerait un état de désordre et de déséquilibre psychique redoutable à cause de l’exclusivisme des rites les plus extérieurs, c'est-à-dire ceux qui appartiennent au côté exotérique des différentes traditions, tendant à s’exclure les unes les autres.

Plus les voies sont loin du centre, plus leur divergence est grande.
C’est particulièrement vrai des religions qui, placées sur le même terrains, entrent en concurrence sur le plan de leurs ressemblances mêmes.

Le domaine spirituel est le seul où l’on soit à l’abri de tout atteinte parce que les oppositions mêmes n’y ont plus aucun sens. Mais il faut pour cela dépasser le domaine psychique.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 62
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: 7. Contre le mélange des formes traditionnelles   Ven 1 Jan - 17:10

"La prise de conscience effective de cette unité fondamentale des traditions suppose une connaissance théorique et l’adhésion à une forme déterminée à laquelle on se tient strictement tout en s’efforçant de comprendre les autres formes aussi complètement et aussi profondément que possible."

Guénon nous rappelle là qu'une bonne connaissance de sa propre tradition est est le gage de la compréhension des autres traditions dans la conscience de leur unité fondamentale.

Ce n'est pas en reniant sa tradition que l'on atteindra à l'universalité.

Toujours la tolérance de l'initié mais une tolérance qui n'est pas renoncement.

Je crois que l'une des premières découvertes que fait le jeune apprenti est cette prise de conscience de l'universalité des traditions régulières. Elle l'émerveille. Elle le conforte dans sa quête. Elle lui fait reconnaitre les symboles dans leur parenté, d'un bout à l'autre de la planète et d'une époque à l'autre.

Parfois il se trompe en voyant partout des symboles maçonniques. Il lui faudra comprendre que la maçonnerie a su recueillir et intégrer les symboles des traditions qui l'ont précédée ou l'accompagnent à notre époque.
Revenir en haut Aller en bas
leloviret



Nombre de messages : 113
Age : 77
Localisation : tours
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: 7. Contre le mélange des formes traditionnelles   Ven 1 Jan - 20:04

Mélanger les formes ( d'initiation ), reviendrait à ne pas savoir "quel escalier emprunter", ne pas savoir quelle " lumière" suivre dans l'obscurité , ne pas savoir "marcher' ni comment .C'est l'occasion de se fourvoyer tant que l'on a pas la Maitrise Totale de sa Tradition.
La "prière" de l'impétrant ( demander son entrée dans le Temple , par exemple , est une prière ) dans la "caverne symbolique" met en marche un système complexe et complet .Elle risque de ne pas aboutir si l'on embrasse d'autres formes en même temps .
Bien comprendre l'ART , c'est comprendre , lorsqu'on est" l'AXE" tous les Arts . Comme disait lao Tseu " C'est le Moyeu vide qui fait la Roue "et par ce vide passe l'ENERGIE ., comme elle passe par les "colonnes" du "temple "et toutes les artères ,veines etc qui composent le corps humain ( les colonnes du temple humain , véhicules de l'Energie ) ....
A y regarder de près ,il faut ne faut donc pas s'égailler ni s'égarer en chemin .......
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 7. Contre le mélange des formes traditionnelles   

Revenir en haut Aller en bas
 
7. Contre le mélange des formes traditionnelles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La messe en latin (beau chant et belles images)
» Mexique, août 2013 : importantes manifestations d'enseignants contre les réformes éducatives.
» [Formes d'écu] Les Blasons d'enfants.
» un répulsif contre les fourmi??
» Recette contre les cochenilles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins Initiatiques :: Club lecture :: Aperçus sur l'Initiation-
Sauter vers: