Chemins Initiatiques

Forum d'une Loge Libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» je mets le forum en sommeil
Ven 18 Avr - 15:18 par Florence

» Le maçon est-il à la fois fier et humble?
Mar 11 Fév - 1:31 par Tao

» le breuvage d'amertume.
Dim 2 Fév - 17:05 par Bon Feu

» Scandales maçonniques
Dim 19 Jan - 5:19 par Bon Feu

» Présentation
Dim 19 Jan - 5:04 par Bon Feu

» le rituel de l'ombre
Sam 14 Déc - 16:06 par Bon Feu

» article sur la vision guénonienne de l'initiation
Sam 7 Déc - 18:28 par lucien

» voute etoilee
Mer 20 Nov - 12:54 par Bon Feu

» une bonne nouvelle
Dim 17 Nov - 7:45 par Bon Feu

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
à lire

Partagez | 
 

 Lecture maçonnique d'un passage de l'évangile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lecture maçonnique d'un passage de l'évangile.   Ven 27 Nov - 18:50

Jean Serlun a écrit:
Jean à écrit dans Cathos et FM III :
Et pourtant, qui sait si quelques francs-maçons n'en savent pas plus long à ce propos que bien des chrétiens, fussent-ils clercs ?


Nous connaisssons tous dans l'Evangile de Luc (19-1,6) l'épisode de Zachée et du sycomore.

Pour mémoire : Jésus arrive à Jéricho (les trompettes). Tous se précipitent pour le voir et parmi eux un homme de petite taille, publicain, collecteur d'impôts (deux bonnes raisons pour ne pas être aimé de ses contemporains). Tous se placent devant lui (pour être aux premiers rangs, toujours devant, comme les Pharisiens). Pour être sûr de voir Zachée grimpe sur un sycomore. Jésus le voit et lui dit "Zachée descend vite car il me faut aujourd'hui demeurer chez toi". Zachée le reçoit avec joie. Jésus dit " Le salut est arrivé pour cette maison. C'est aussi un fils d'Abraham Car le fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu".

Nous connaissons l'histoire de Jéricho (hébreu : Yériho, étym : ville des palmiers) dont les ramparts furent abattus par le son des trompes à la suite d'une déambulation religieuse et militaire comprenant 1 tour pendant 6 jours et 7 tours le 7ème. Mais il y a un épisode moins connu concernant cette ville qui était (proche d') un gué sur le Jourdain. C'est celui de la rencontre de Josué avec le "chef des armées de Yavhé" qui lui dit "Ote tes sandales de tes pieds car ce lieu est saint". Et le lieu est saint car Dieu avait permis au peuple d'Isaël d'y traverser à pied sec (comme pour l'épisode de la mer rouge ou des Roseaux). Donc, pour les Juifs de l'époque de Jésus, Jéricho est beaucoup plus qu'une petite ville commerçante. Bien sûr, Jésus le sait qui va y donner la parabole des 10 mines et du mauvais serviteur. Serviteur qui a craint le jugement du maître et à qui on retire ce qu'il a... et même la vie. Il y a lieu de regarder aussi les différentes graphies possibles du mot YéRiHo (YRH, YRQ, YRK, YRC) qui expliquent pourquoi ce lieu est considéré comme saint (évoque l'idée de simplicité, de douceur et confiance, de désolation mais aussi celle du châtiment infligé par Dieu aux armées de Pharaon lancées aux trousses des hébreux, la promesse...). Plusieurs épisodes importants de la vie de Jésus se dérouleront dans cette ville.

Zachée ou Zaccaï proviendrait de l'arabe Amad-Aour (le juste) (il pourrait être le saint Amadour et être en relation avec le "Roc Amadour" et Sainte Véronique qui prit "l'empreinte" du visage de Jésus montant vers le Golgotha ou "mont du crâne" ou mont du rocher... tu es Pierre et sur cette pierre...). Pétrus, pétra, rupellus, pierre, céphas, crâne, rocher, poisson...

Les mots s'entrechoquent et, comme le disait R Kipling "s'entrechoquent étrangement dans nos têtes". Mots qu'il ne faut prendre pour idées et sous lesquels il faut s'efforcer de trouver le symbole et l'Idée.

Zachée, le petit (brimé par les Pharisiens), le publicain (auquel les Juifs constestent son appartenance au "peuple élu"), le collecteur d'impôts (collaborateur des Romains et peut être expatrié romain lui-même?), habitant Jéricho "la ville des palmiers" se perche sur un "sycomore"... comme oiseau et à l'imitation des oiseaux. Et là Jésus le reconnait entre tous et s'invite chez lui... parce qu'en lui il a vu "le Juste de coeur et de voix" des anciens égyptiens? Peut-être un homme capable de comprendre la langue des oiseaux ou pour dire comme l'évangéliste celle des paraboles. Or, par son métier au moins, Zachée sait "lire et écrire". Dans la langue des hiéroglyphe le nom de Zachée (Z.ch) s'écrirait peut être avec un verrou (Z), un bassin rempli d'eau (CH) et un calame (déterminatif du scribe). Tout verrou (symbole du caché, du secret) mérite sa clé, "son rossignol à faire chanter toutes les serrures". Or les scribes sont les initiés de Thot le maître des lettres... des sachants et des connaissants.

Ce nom, Z.ch, peut également s'écrire autrement qui évoque l'eau, le pain et l'offrande. Est-ce un hasard si justement Jésus s'invite chez lui? Ce qui est clair c'est que Zachée pour dépasser sa condition et ses contraintes s'éléve sur un arbre peu ordinaire.

Les traducteurs des évangiles, même s'ils ont une préférence pour le sycomore balancent également entre un figuier ou un palmier ou un acacia, voire un perséa. Cela à peu d'importance car ces arbres ont la même vocation à symboliser l'axe du monde, la connaissance, l'immortalité.

Dans la langue des Hiéroglyphes le sycomore "nh.t" (néhet) s'écrit avec un trait ondulé (n) qui symbolise l'eau, une amorce de labyrinte carré qui symbolise la maison (h) et une calotte sphérique (t) qui symbolise le pain. Et nous retrouvons là des idées bien proches de celles qu'on trouve dans le nom de Zachée qui est donc le maitre de la maison et de ses déambulations, de l'eau qui purifie et du pain qui nourrit. Et Jésus est celui qui connait le chemin de la maison et qui sait qui et quoi il va y trouver.

Mais il y a plus. Le sycomore est l'arbre emblématique d'Hator et c'est l'arbre sur lequel les dieux aimaient venir s'asseoir. Hathor est certainement une des divinités les plus anciennes de l'Egypte. Son nom signifie « Demeure du dieu Horus », ce qui fit d'elle l'épouse du dieu-faucon. Zachée se serait-il hissé à la hauteur des dieux? Connais-toi toi-même....

On dit aussi que deux sycomores se tenaient devant la porte du ciel. Déjà deux colonnes devant le temple? Ils étaient aussi plantés à l'entrée des temples. On se servait de leurs propriétés pour soigner différentes maladies notamment occulaires. Ainsi Zachée sur son sycomore est non seulement un entendant mais c'est aussi un voyant. Hator est aussi une image de Nout la grande déesse du ciel, mère des dieux, dont les étoiles de la robe représentent les morts "justes de coeur et de voix" qui remplissent le ciel et resplendissent comme des étoiles. Texte de Kenamon, règne d'Amenhotep II : Je suis Nout l'élevée, la grande dans l'horizon. Tu te rafraîchiras sous mes arbres, tu vivras de mes pains, tu t'abreuveras de ma bière. Je ferai que tu sois nourri de mon lait afin que tu revives.

Hator dite "la maitresse du sycomore" assure aux défunts le boire et le manger. Elle est ainsi souvent représentée en pouvoyeuse au coeur d'un sycomore. A un point tel que l'arbre en est devenu le symbole. Inscription sur un tombeau égyptien :
"Que chaque jour je puisse marcher sans relâche sur les rives des eaux profondes, que mon âme puisse reposer sur les branches des arbres que j'ai plantés, que je puisse me rafraîchir à l'ombre de mon sycomore". Le sycomore d'après les textes a protégé le sarcophage d'Osiris. On dit aussi que ce fut un acacia. Il enveloppa si bien le corps qu'il en devint le cerceuil. De là, le sycomore devient le cercueil mythique qui amène à la renaissance par les mystères osiriens. "Salut à toi, Ô Sycomore, Grand Tet, compagnon du dieu dont les branches ont été coupées, dont l'intérieur a été brûlé ! Ta tête est sur ton épaule, pleurant Osiris !"

Le sycomore, est donc vraiment l’arbre égyptien par excellence. Il pousse dans les villages, dans les carrefours et même sur les bords du désert, du moment que ses racines peuvent atteindre la nappe d’eau souterraine. C’est un arbre vigoureux, presque aussi large que haut, extrêmement touffu. Rien d'étonnant donc à ce qu'on le trouve à YRH. On dit encore que les racines du sycomore sont implantées dans le monde souterrain de Seth et ses branches sous la correspondance de Rê et Chou. Rê symbolise la lumière et Chou le souffle. Il représente donc la vie. Zachée serait-il un de ceux qui connaissent le chemin qui va vers les entrailles de la terre aussi bien que celui qui s'élève vers les hauteurs sublimes? Les lignes droites et les grandes courbes?

"Le tronc sert de refuge. Lorsque Osiris ressuscite il donne la symbolique du pilier de Djed. Le pilier canalise l'énergie vitale et surtout assure sa circulation, un très beau symbole du monde. L'arbre initiatique égyptien représente l'ensemble du mystère de la vie spirituelle de l'univers ainsi que de la vie physique et de la cosmogonie des anciens."

Nous avons donc un arbre sacré, symbole d'éternité, image d'une grande déesse, mère des dieux et d'un dieu en particulier : le dieu faucon. Dieu qui vaincra le mal personnifié par Seth meutrier d'Osiris, à la fois père, époux et fils de sa soeur Isis. Cet arbre, véritable "axis mundi" est celui de la Connaissance, symbolisée par les nourritures données en viatique au défunt par Hator-Nout, car il est dit "c'est au pied de l'accacia (sycomore, figuier, palmier perséa...) que repose la connaissance". Et c'est au pied de cet arbre-cercueil-barque qu'Osiris engage le voyage qui le verra revenir, comme le Christ, comme Hiram "plus radieux que jamais". On notera ici que le mot CeRCueiL permet d'écrire le mot CeRCLe.Cercle "au centre duquel le MM:. ne peut se perdre"...

Nous avons encore une petit homme, sachant lire et écrire, voir et entendre, rejeté (des bâtisseurs), qui s'élève au faîte, comme un oiseau, sur l'arbre des dieux qui est arbre de connaissance et axe du monde. Homme ordinaire mis en lumière par Jésus-Dieu-Horus lui-même, fils de la Vierge éternelle, Nout-Hator, reine des cieux, qui vient échanger avec lui le pain, le sel et le vin de la vie. Homme éclairé qui, au terme de cet échange, entre dans le chemin de la Vie par le partage de ses biens. Ainsi se trouvent réunis la Connaissance qui rend libre, le partage qui rend égaux, la fraternité qui témoigne de l'Amour. Tout cela dans un lieu qui est saint, près d'un gué, qui évoque le serment et la puissance divine. Et nous avons le Maître venu chercher, sauver (retrouver?) ce qui a été perdu.

Cela a-t-il été retrouvé? Sans doute pas car la route est encore longue. Ce n'est pas encore la fin du jour. Et il reste toujours à découvrir l'idée sous le symbole, le sens dans la parabole. Il y aurait encore beaucoup à écrire. Mais j'ai juré de garder le silence et le secret. De plus j'ai encore à me perfectionner.

Mais cela ne m'empêche pas de donner volontiers pain et vin à qui à faim et soif.

Emanuel
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Lecture maçonnique d'un passage de l'évangile.   Sam 28 Nov - 21:34

C'est la première fois que je lis cette analyse initiatique de ce célèbre passage de l'Evangile selon Saint Luc.

Elle est fort intéressante et illustre parfaitement la spécificité de notre recherche une fois ouverte la porte étroite et mystérieuse de l'initiation.

Merci, Emanuel.
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 53
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: Lecture maçonnique d'un passage de l'évangile.   Dim 29 Nov - 1:46

Zachée par sa grande curiosité s’est converti, parce que étant ou s’étant préparé à ce jour. Ci-dessus, selon cette analyse son destin est écrit.
La catéchèse nous bride car nos jeunes âmes manquent de recul.
Cette analyse en profondeur « invoque » notre spiritualité et nous rappelle que l’initiation ne peut être menée sans connaissance des écrits. Un parallèle s’impose entre la démarche des F\M\et celle qu’elle est des représentants des églises catholiques, la première plus ouverte et plus respectueuse de Grand Maître, la seconde m’étant apparue plus agressive et n’emmenant pas vers le même chemin, ceci n’engageant que moi. A l’heure ou les églises se vident, c’est la cause d’un manque de spiritualité qui ne peut émaner que de ses représentants. Intelligence ou culture, l’un avec ou sans l’autre, ne mène pas forcément à la spiritualité…
Merci à vous pour cet enseignement .
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Lecture maçonnique d'un passage de l'évangile.   Dim 29 Nov - 12:33

Je crains aussi que les églises pâtissent de leur rejet de l'ésotérisme.
Cette rupture est une des caractéristiques de l'âge sombre de cette fin de cycle.
Ne reconnaissant plus l'ésotérisme, le rejetant, le combattant ou le niant, les églises ont perdu leur lien avec le Centre ... et se dessèchent !

Et c'est pourquoi l'Islam est aujourd'hui la cible favorite de ceux qui voudraient que, lui aussi, rompe avec son ésotérisme (le soufisme) pour tomper dans l'abîme de l'intolérance, du dogmatisme et du rejet de l'autre et de l'universalité.
Revenir en haut Aller en bas
lucien



Nombre de messages : 150
Age : 67
Localisation : marbais
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: Lecture maçonnique d'un passage de l'évangile.   Ven 14 Oct - 8:29

Dans la même optique, il y a même des attaques à l'égard du Dalai lama, attaques qui veulent l'associer au nazisme.

Guénon avait parlé de contre-tradition accompagnée par l'anti-tradition: je pense que notre époque est en train de "vivre" l'installation, l'envahissement de ces deux tendances ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lecture maçonnique d'un passage de l'évangile.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lecture maçonnique d'un passage de l'évangile.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liste de lecture ECS
» ça urge!
» La charité maçonnique
» Liste de lecture 6e/5e
» Proust : Comment étudier le passage sur la madeleine à l'oral en 3eme ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins Initiatiques :: Le coin des discussions :: à la porte du Temple-
Sauter vers: