Chemins Initiatiques

Forum d'une Loge Libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» je mets le forum en sommeil
Ven 18 Avr - 15:18 par Florence

» Le maçon est-il à la fois fier et humble?
Mar 11 Fév - 1:31 par Tao

» le breuvage d'amertume.
Dim 2 Fév - 17:05 par Bon Feu

» Scandales maçonniques
Dim 19 Jan - 5:19 par Bon Feu

» Présentation
Dim 19 Jan - 5:04 par Bon Feu

» le rituel de l'ombre
Sam 14 Déc - 16:06 par Bon Feu

» article sur la vision guénonienne de l'initiation
Sam 7 Déc - 18:28 par lucien

» voute etoilee
Mer 20 Nov - 12:54 par Bon Feu

» une bonne nouvelle
Dim 17 Nov - 7:45 par Bon Feu

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
à lire

Partagez | 
 

 25. Des épreuves initiatiques.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: 25. Des épreuves initiatiques.   Ven 5 Fév - 23:58

Ces épreuves ne sont qu’un cas particulier des rites initiatiques. Cependant ce cas est suffisamment important pour qu’en en parle.

1. Les épreuves initiatiques n’ont rien à voir avec les épreuves de la vie :

Le mot épreuves est aujourd’hui associé à tout événement, et l’on dit de quelqu’un qui souffre qu’il est éprouvé. C’est un abus de langage. Cette idée vulgaire des épreuves de la vie a donné naissance à de fausses assimilations en ce qui concerne les épreuves initiatiques.

Certains ont même été jusqu’à ne voir dans les épreuves initiatiques qu’une sorte d’image symbolique des épreuves de la vie. Cela renverse l’ordre des choses en faisant croire que ce sont les faits de la vie humaine extérieure qui ont une valeur effective et comptent vraiment au point de vue initiatique lui-même.
Si cela était le cas, tous les hommes seraient des candidats à une initiation que l’on pourrait obtenir après avoir traversé quelques circonstances difficiles, ce qui arrive plus ou moins à tout le monde. C’est absurde car la vie ordinaire telle qu’on l’entend aujourd’hui n’a absolument rien à voir avec l’ordre initiatique, étant de conception entièrement profane.

Le symbole doit toujours être d’un ordre inférieur à ce qui est symbolisé ; Or, les réalités du domaine corporel étant de l’ordre le plus bas et le plus étroitement limité, elles ne sauraient dont être symbolisées par quoi que ce soit et d’ailleurs elles n’en ont nul besoin puisqu’elles sont directement et immédiatement saisissables par tout le monde.
Par contre, tout évènement ou phénomène quelconque pourra toujours, en raison de la correspondance qui existe entre tous les ordres de la réalité, être pris comme symbole d’une réalité d’ordre supérieur, dont il est une expression sensible car il en est dérivé comme une conséquence l’est de son principe.
Si dépourvu de valeur et d’intérêt qu’il soit, il pourra présenter une signification profonde à celui qui est capable de voir au-delà des apparences immédiates. Un être doué d’aptitudes spéciales s’en servir comme point d’appui pour sortir de ses limitations.

En conséquence, il n’y a rien d’impossible à ce que, dans certains cas particuliers, la souffrance soit l’occasion ou le point de départ de possibilités latentes comme n’importe quoi d’autre peut l’être dans d’autres cas. Cela n’autorise pas à attribuer à la souffrance des vertus spéciales ou privilégiées. Il s’agit là d’un rôle contingent et accidentel de la souffrance, plus restreint dans l’ordre initiatique que chez les mystiques où l’on lui accorde une importance illusoire, ce qui s’explique partiellement par des considérations religieuses. Tout cela n’a rien de commun avec l’initiation.

Chose étrange, il arrive que ceux qui suivent une voie initiatique voient se multiplier les circonstances difficiles de la vie, comme si le « monde » s’efforçait de retenir par tous les moyens celui qui est près de lui échapper. Il n’y a pas lieu de s’étonner de ces réactions. Ce sont des obstacles suscités par les forces adverses, et non des épreuves voulues et imposées par les puissances qui président à l’initiation.

2. Que sont réellement les épreuves initiatiques ?

a) ce sont des rites préparatoires à l’initiation :

Les épreuves initiatiques sont très différentes : ce sont essentiellement des rites (à la différence des épreuves de la vie). Elles ne servent pas à montrer si un candidat à l’initiation possède les qualités requises ; cela serait sans valeur. Celui qui est admis à les subir doit avoir été, par d’autres moyens, reconnu « bien et dûment qualifié ».

En fait, ces épreuves constituent un enseignement donné sous forme symbolique et destiné à être médité ultérieurement.
Plus précisément, les épreuves sont des rites préliminaires ou préparatoires à l’initiation proprement dite. Elles en constituent le préambule nécessaire et l’initiation est comme leur conclusion ou leur aboutissement immédiat. Elles revêtent souvent la forme des « voyages » symboliques ; elles se présentent donc comme une recherche, une « queste , conduisant l’être des ténèbres du monde profane à la « lumière » initiatique.

b) ce sont des rites de purification :

Mais cela est accessoire car les épreuves sont essentiellement des rites de purification. Le sens d’épreuve est ici alchimique car la purification s’opère par les éléments, au sens cosmologique du terme, car ces éléments simples sont incorruptibles.

La purification rituelle aura toujours pour « support » matériel les corps qui symbolisent les éléments et qui en portent les désignations.

Cela est aussi vrai dans les rites religieux : dans ces rites, l’eau semble jouer un rôle prédominant quoique non exclusif. L’eau est alors le symboles de la substance universelle. Rappelons que ces rites de lustration ou d’ablution (baptême, jeûnes, interdits alimentaires) n’ont rien à voir avec des prescriptions d’hygiène ou de propreté corporelle : conception niaise de certains modernes qui cherchent toujours à ramener les choses à une explication purement humaine et cherchent l’interprétation la plus grossière. D’ailleurs, les explications « psychologiques » ne valent pas mieux. Toutes négligent la seule chose qui compte en réalité, à savoir que l’action effective des rites n’est pas une « croyance » ni une vue théorique, mais un fait positif.

Ainsi, les épreuves revêtent la forme de voyages successifs, respectivement en rapport avec les différents éléments.
La « purification » consiste à ramener l’être à un état de simplicité indifférencié, comparable à celui de la materia prima (entendue ici en un sens relatif) afin qu’il soit apte à recevoir la vibration du « fiat lux » initiatique. Il faut que l’influence spirituelle dont la transmission va lui donner cette « illumination » première ne rencontre en lui aucun obstacle dû à des « préformations » inharmoniques provenant du monde profane.

Ainsi, l’initié doit être réduit à cette materia prima, ce qui montre que le processus initiatique et le Grand Œuvre hermétique ne sont en réalité qu’une seule et même chose : la conquête de la Lumière divine qui est l’unique essence de toute spiritualité.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: 25. Des épreuves initiatiques.   Sam 6 Fév - 11:32

"Par contre, tout évènement ou phénomène quelconque pourra toujours, en raison de la correspondance qui existe entre tous les ordres de la réalité, être pris comme symbole d’une réalité d’ordre supérieur, dont il est une expression sensible car il en est dérivé comme une conséquence l’est de son principe.
Si dépourvu de valeur et d’intérêt qu’il soit, il pourra présenter une signification profonde à celui qui est capable de voir au-delà des apparences immédiates. Un être doué d’aptitudes spéciales s’en servir comme point d’appui pour sortir de ses limitations."

Je voudrais mettre en exergue cet extrait du commentaire de Guénon sur les épreuves. On le présente souvent comme jetant sur le monde un regard plutôt pessimiste.

Or, il y a là une remarquable source de réconfort dans l'affirmation selon laquelle, si l'on porte le regard qui convient sur les évênements de notre vie, on pourra comprendre leur signification symbolique au regard d'une réalité supérieure.
Cela donne un sens et une doctrine à l'affirmation que l'on entend souvent selon laquelle il n'y a pas de hasard.

Quant à l'être doué d'aptitudes spéciales, peut-être peut on faire confiance à la démarche initiatique pour progresser vers des modalités de notre être qui nous rendent un peu moins aveugles et sourds aux réalités subtiles.
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: 25. Des épreuves initiatiques.   Dim 7 Fév - 18:06

Ces deux chapitres 24 et 25 sont très captivants.
Oublier pour avancer, pas de hasard mais un destin, peut-être le karma, les actes qui définissent le chemin ou la quête…
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 25. Des épreuves initiatiques.   

Revenir en haut Aller en bas
 
25. Des épreuves initiatiques.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Documentaire 02: Ovni, les meilleures preuves
» IEJ cours et correction des épreuves
» HELP ! Cherche preuves de salaire d' AS dans le privé
» Le rovers de la Nasa trouve des preuves de l'eau souterraine sur Mars (article en anglais)
» Les douces épreuves de l'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins Initiatiques :: Club lecture :: Aperçus sur l'Initiation-
Sauter vers: