Chemins Initiatiques

Forum d'une Loge Libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» je mets le forum en sommeil
Ven 18 Avr - 15:18 par Florence

» Le maçon est-il à la fois fier et humble?
Mar 11 Fév - 1:31 par Tao

» le breuvage d'amertume.
Dim 2 Fév - 17:05 par Bon Feu

» Scandales maçonniques
Dim 19 Jan - 5:19 par Bon Feu

» Présentation
Dim 19 Jan - 5:04 par Bon Feu

» le rituel de l'ombre
Sam 14 Déc - 16:06 par Bon Feu

» article sur la vision guénonienne de l'initiation
Sam 7 Déc - 18:28 par lucien

» voute etoilee
Mer 20 Nov - 12:54 par Bon Feu

» une bonne nouvelle
Dim 17 Nov - 7:45 par Bon Feu

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
à lire

Partagez | 
 

 38. Rose-Croix et Rosicruciens.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   Ven 7 Mai - 20:57

Chapître 38 : Rose-Croix et Rosicruciens (pages 241 – 247)

Apportons donc quelques précisions sur les Rose-Croix car ce nom est de nos jours employé d’une façon vague et souvent abusive et appliqué indistinctement aux personnages les plus différents dont beaucoup sont illégitimes.

Etablissons une distinction nette entre Rose-Croix et Rosicruciens, ce dernier terme recouvrant une acception plus large que le premier. La plupart des prétendus Rose-Croix ne furent que des Rosicruciens.

Rappelons que les vrais Rose-Croix n’ont jamais constitué une organisation avec des formes extérieures définies.
Les associations connues au XVIIème siècle ne furent que rosicruciennes et qu’elles ne comptèrent aucun Rose-Croix du seul fait qu’elles sont des associations organisées.

Ne nous y trompons pas : ce n’est pas une question de terminologie mais quelque chose d’un ordre beaucoup plus profond puisque le terme de Rose-Croix désigne un degré initiatique effectif, c’est-à-dire un certain état spirituel dont la possession n’est pas liée au fait d’appartenir à une organisation définie.

Ce que représente cet état, c’est la perfection de l’état humain, car le symbole même de la Rose-Croix figure la réintégration de l’être au centre de cet état et la pleine expansion de ses possibilités individuelles à partir de ce centre.

Il marque donc très exactement la restauration de l’état primordial ou l’achèvement de l’initiation aux petits mystères.

Et pourtant, cette désignation même de Rose-Croix est liée à des circonstances déterminées des temps et de lieux hors desquelles il serait illégitime de l’appliquer.
En fait ceux qui possédaient le degré dont nous venons de parler sont apparus comme Rose-Croix dans des circonstances particulières mais ils ont pu apparaître sous d’autres noms et sous d’autres aspects dans d’autres circonstances.

Cela n’implique pas que le symbole dont leur nom est tiré soit réduit à leur seule période : en fait, il est plus ancien et son origine est proprement non définie. La seule chose que l’on peut dire c’est que le nom tiré du symbole n’a été appliqué à un degré initiatique qu’à partir du 14ème siècle dans le monde occidental. Il s’applique donc essentiellement à la forme traditionnelle de l’ésotérisme chrétien, et même de l’hermétisme chrétien.

Parlons de la légende de Christian Rosenkreutz, dont le nom est purement symbolique. Il apparaît moins comme un personnage historique que comme la représentation d’une entité collective ou comme l’une des légendes initiatiques.

Quel est donc le sens général de la légende de ce fondateur supposé et des voyages qui lui sont attribués ?
Après la destruction de l’Ordre du Temple, les initiés à l’ésotérisme chrétien se réorganisèrent, en accord avec les initiés à l’ésotérisme islamique, pour maintenir, dans la mesure du possible, le lien qui avait été apparemment rompu par cette destruction.

Mais cette réorganisation a dû se faire de façon plus cachée, (collège des invisibles), sans prendre appui dans une institution connue extérieurement et qui aurait pu être elle aussi détruite.

Les vrais Rose-Croix furent probablement les inspirateurs de cette réorganisation, au moins jusqu’à la rupture définitive du lien traditionnel dans le monde occidental au XVIIème siècle lors de la conclusion des traités de Westphalie qui mirent fin aux dernières traces de la chrétienté médiévale.

Les Rose-Croix se retirèrent alors en Orient et il n’y eut plus désormais en Occident aucune initiation permettant d’atteindre effectivement à ce degré.
L’enseignement traditionnel correspondant cessa alors de se manifester de façon régulière et normale.
Oû se retirèrent les Rose-Croix ?
Dans le royaume du prêtre Jean, représentation du centre spirituel suprême où sont conservés à l’état latent, jusqu’à la fin du cycle actuel, toutes les formes traditionnelles qui, pour une raison ou une autre, ont cessé de se manifester à l’extérieur.

Il est d’ailleurs tout à fait impossible de savoir si tel ou tel personnage fut un vrai Rose-Croix car il s’agit là essentiellement d’un état spirituel, donc purement intérieur, dont il serait fort imprudent de vouloir juger d’après des signes extérieurs quelconques.

De plus, en raison de la nature de leur rôle, ces Rose-Croix n’ont pu laisser aucune trace visible dans l’histoire profane, de sorte que, même si leurs noms pouvaient être connus, ils n’apprendraient rien à personne. Pour les personnages connus et communément désignés comme Rose-Croix, ils furent inspirés plus ou moins directement par les Rose-Croix auxquels ils servirent de porte-parole. Ils ne furent que rosicruciens.

S’il s’est trouvé un vrai Rose-Croix pour jouer exceptionnellement et accidentellement un rôle véritable dans les évènements extérieurs, ce sera malgré sa qualité plutôt qu’à cause d’elle et les historiens ne soupçonneront pas cette qualité tellement les deux choses appartiennent à des domaines différents.
L’histoire profane ne saurait saisir que le « dehors » des évènements.

Les vrais Rose-Croix durent aussi rester inconnus car aucun d’eux ne peut jamais s’affirmer tel, de même que dans l’initiation islamique, aucun çufi authentique ne peut se prévaloir de ce titre.
Il y a similitude entre les deux dénominations, mais pas équivalence car ce qui est impliqué dans le nom de çufi est d’un ordre plus élevé que ce qu’indique celui de Rose-Croix et se réfère à des possibilités qui dépassent celles de l’état humain, même envisagé dans sa perfection.
Il devrait être réservé à l’être qui est parvenu à l’Identité Suprême, but ultime de toute initiation.
C’est la même différence que celle entre l’homme véritable et l’homme transcendant dans le Taoïsme.

Un çufi véritable possède a fortiori le degré qui fait le Rose-Croix et peut, s’il y a lieu, accomplir les fonctions correspondantes.
On fait communément la même erreur pour les çufi que pour les Rose-Croix en appliquant le nom à ceux qui sont seulement sur la voie qui conduit à l’initiation effective sans avoir encore atteint même les premiers degrés de celle-ci.
Cela est également vrai pour le nom de yogi dans la tradition hindoue, lequel yogi a normalement atteint le même état que le çufi.

En fait, il faut désigner celui qui vise à l’état de çufi comme « mutaçawwuf » et non comme çufi. On peut d’ailleurs dire que celui qui se déclare lui-même Rose-Croix ou çufi, ne l’est certainement pas en réalité. Au mieux, il est Rosicrucien ou mutaçawwuf.

De même, si quelqu’un prétend appartenir à une organisation appelée Rose-Croix, il ne peut en être un véritable car ceux-ci ne sont liés à aucune organisation extérieure. C’est déjà vrai des organisations qui se firent appeler Rose-Croix au début du XVIIème siècle, et à plus forte raison par la suite car les Rose-Croix étaient alors partis d’Occident.
Ces dernières organisations n’ont aucun lien direct ni filiation authentique et régulière avec les vrais Rose-Croix.

Terminons sur le fait que la collaboration entre Rose-Croix et çufis a pu amener des personnages voyageant entre l’Orient et l’Occident à être l’un et l’autre, l’état spirituel qu’ils avaient atteint impliquant au-delà des différences existant entre les formes extérieures, et qui n’affectent en rien l’unité essentielle et fondamentale de la doctrine traditionnelle.
Maintenons néanmoins la distinction entre taçawwuf et rosicrucianisme : les Rosicruciens (disciples plus ou moins directs des Rose-Croix) sont uniquement ceux qui suivent la voie spéciale de l’hermétisme chrétien.

Mais toute organisation initiatique pleinement digne de ce nom et possédant la conscience effective de son but, a, au sommet de sa hiérarchie, des êtres ayant dépassé la diversité des apparences formelles.

Ceux-là pourront apparaître comme Rosicruciens ou mutaçawwufin, ils sont véritablement le lien vivant entre toutes les traditions parce que, par leur conscience de l’unité, ils participent effectivement à la grande Tradition primordiale dont toutes les autres sont dérivées par adaptation aux temps et aux lieux et qui est une comme la Vérité elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
leloviret



Nombre de messages : 113
Age : 77
Localisation : tours
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   Ven 7 Mai - 21:46

Tu as raison jean ..J'ai appartenu aux Rosicruciens AMORC durant un certain temps ( qq années )
Il était interdit ( enfin façon de parler ) de se prévaloir du titre de ROSE CROIX ....rosicruciens point ..L'Etat de Rose Croix , Comme le dit Jean est un état , un degré tellement haut placé dans l'echelle de la conscience , que peu d'humains pourraient se prévaloir de cela Du reste , à ce niveau , ils ne le feraint pas tournés qu'ils sont vers la Fraternité "Blanche" ..AMOUR UNIVERSEL voilà en quoi nous nous ressemblons à un certain niveau ..
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   Sam 8 Mai - 8:51

En fait, les connaissances acquises et transmises par Guénon ne laissent pas d'étonner.

Cet article n'est pas bien long mais il résume avec une très grande clarté ce qu'il faut savoir pour se faire une juste opinion du "phénomène" Rose-Croix.

Par ailleurs, comme dans d'autres chapitres, Guénon en profite pour nous rappeler le sens profond de l'initiation et son caractère universel en comparant les voies occidentale et orientale.
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 53
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   Ven 14 Mai - 20:03

Descendance, filiation de l’être ?
L’on peut porter un sac sans savoir ce qu’il contient, mais aura le nom de porteur de même que celui qui sait ce qu’il contient. Mais seul celui qui connait son contenu en connait la valeur en le lui sachant peut-être destinés.
D’après le peu que je sache, le titre de Rose-Croix est spécifiquement chrétien, était-e un but pour les FFM\ si je m'écout, peut-être
Mais d’après ce que je lis, mise en garde de René Guénon, ne pas confondre Rose-Croix et Rosicrucianisme…
Peut-être que cet homme avait déjà trancher sur le devenir de cet ordre…
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
Puritus



Nombre de messages : 28
Age : 59
Localisation : Province de Québec
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Re: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   Lun 24 Sep - 2:18

leloviret a écrit:
Tu as raison jean ..J'ai appartenu aux Rosicruciens AMORC durant un certain temps ( qq années )
Il était interdit ( enfin façon de parler ) de se prévaloir du titre de ROSE CROIX ....rosicruciens point ..L'Etat de Rose Croix , Comme le dit Jean est un état , un degré tellement haut placé dans l'echelle de la conscience , que peu d'humains pourraient se prévaloir de cela Du reste , à ce niveau , ils ne le feraint pas tournés qu'ils sont vers la Fraternité "Blanche" ..AMOUR UNIVERSEL voilà en quoi nous nous ressemblons à un certain niveau ..

Le fait que l'AMORC fasse une telle différence n'indique pas en soit que ce soit une réalité... L"AMORC, comme bien d'autres organisations initiatiques avant et après elles, reprit des éléments issus de la pensée blavatskyste. Le manuel rosicrucien de cette organisation indique d'ailleurs clairement que les "Maîtres M et KH sont les hiérophantes de la R+C. Lorsque l'on voit le niveau des paroles de ces "Maîtres" dans l'ouvrage "Les lettres des Mahatmas", de Sinnet, il y a de quoi rire à s'en faire péter la rate !
Revenir en haut Aller en bas
Puritus



Nombre de messages : 28
Age : 59
Localisation : Province de Québec
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Re: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   Lun 24 Sep - 2:36

Jean Serlun a écrit:
En fait, les connaissances acquises et transmises par Guénon ne laissent pas d'étonner.

Cet article n'est pas bien long mais il résume avec une très grande clarté ce qu'il faut savoir pour se faire une juste opinion du "phénomène" Rose-Croix.

Par ailleurs, comme dans d'autres chapitres, Guénon en profite pour nous rappeler le sens profond de l'initiation et son caractère universel en comparant les voies occidentale et orientale.

Je ne suis pas du tout d'accord surle bienfondé des dires de notre F:. René Guénon à ce sujet. Comme bien d'autres de son époque et antérieurs à lui, il évolue dans un milieu ou l'esprit ésotérique du moment est riche d'une confusion extrême ! Ceux qui connaissent l'histoire de la FUDOSI savent bien les efforts de structurisation faits pour donner à l'ensemble des ordres et sociétés initiatiques de ce temps un minimum de sérieux et de légitimité... initiatique. Quant à l'authenticité, c'est autre chose ! Lorsque Guénon affirme - et sur quelle base réelle ? - qu'un Rose+Croix est un adepte alors qu'un rosicrucien est un disciple, on est en droit de se demander à quand remonte cette distinction. Historiquement, l'on n'en trouve pas ! Dès l'époque initiale de leur émergence, il y a bien des individus qui se réclamèrent de la R+C, mais qui ne se disaient pas rosicruciens. Cette distinction est plus tardive et fut aisément poussée en avant par une idéologie hiérachique "cosmique", que ce soit par Saint-Yves d'Alveydre, Stanislas de Gueita, Nicolas et Helena Roerich, Heléna Blavatsky, Alice Bailey, etc. A force de le répéter, on finit par s'y habituer et considérer cela comme une vérité. Guénon tombe dans le même panneau lorsqu'il affirme que les R+C quittèrent l'occident pour l'orient. Le mythe de la tradition primordiale aveugle ainsi bien du monde, malheureusement...
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   Mar 25 Sep - 8:56

En fait, ce qu'affirme Guénon c'est qu'être Rose+Croix est un état initiatique et que cet état ne se divulgue pas. Il se vit. Il est reconnu par ceux qui le sont et seules ses conséquences sur la vie quotidienne sont éventuellement perçues par un entourage attentif.

Guénon compare cet état à d'autres semblables dans diverses traditions (hindouisme, soufisme).

On ne se dit pas plus Rose+Croix qu'on ne se dit soufi. On l'est.

La conséquence en est que ceux qui se disent (voire se proclament) avoir atteint un certain niveau initiatique ne peuvent que s'illusionner eux-même et tromper les autres.

D'où la distinction entre vrais Rose+Croix et rosicruciens. Dans le même ordre d'idée, le 18° degré du R.E.A.A. n'est que symbolique et ne désigne pas de véritables Rose+Croix.

En ce qui concerne le départ des vrais Rose+Croix en Orient en 1648, Guénon ne nous donne pas davantage d'explication. Comme d'habitude, il y a des choses qu'il sait, qu'il transmet au compte-goutte et qu'il faut accepter si on lui fait confiance. C'est un peu déroutant mais il fonctionne souvent de cette façon là. L'Orient en question est d'ailleurs probablement un "orient symbolique".

On peut d'ailleurs supposer en regardant sa vie que Guénon avait atteint ce degré initiatique véritable de Rose+Croix (en particulier en observant son attitude envers les religions) mais, bien entendu, il ne l'a jamais dit.

Enfin, je sais que d'aucuns rejettent la notion de Tradition Primordiale. Ce concept mériterait des explications plus détaillées et je pense qu'il ne faudrait pas confondre "tradition primordiale" et "tradition unique".

Cependant, cette notion de Tradition Primordiale est inséparable de la notion de cycle et d'involution qui est au coeur du témoignage guénonien. J'adhère d'ailleurs à la dénomination "mythe" qui est employée par notre frère Puritus. Car un mythe est fondateur, il voile et dévoile à la fois une réalité symbolique forte et il ne doit pas être confondu avec une fable.

Revenir en haut Aller en bas
Puritus



Nombre de messages : 28
Age : 59
Localisation : Province de Québec
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Re: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   Mar 25 Sep - 14:06

Jean Serlun a écrit:
En fait, ce qu'affirme Guénon c'est qu'être Rose+Croix est un état initiatique et que cet état ne se divulgue pas. Il se vit. Il est reconnu par ceux qui le sont et seules ses conséquences sur la vie quotidienne sont éventuellement perçues par un entourage attentif.

Guénon compare cet état à d'autres semblables dans diverses traditions (hindouisme, soufisme).

On ne se dit pas plus Rose+Croix qu'on ne se dit soufi. On l'est.

La conséquence en est que ceux qui se disent (voire se proclament) avoir atteint un certain niveau initiatique ne peuvent que s'illusionner eux-même et tromper les autres.

D'où la distinction entre vrais Rose+Croix et rosicruciens. Dans le même ordre d'idée, le 18° degré du R.E.A.A. n'est que symbolique et ne désigne pas de véritables Rose+Croix.


M:.T:.C:.F:. nous sommes en parfait accord sur ce point ! C'est pourquoi il faut lire Guénon entre les lignes, tout comme Fulcanelli dans un autre registre.
Revenir en haut Aller en bas
Puritus



Nombre de messages : 28
Age : 59
Localisation : Province de Québec
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Re: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   Mar 25 Sep - 15:30

Jean Serlun a écrit:

En ce qui concerne le départ des vrais Rose+Croix en Orient en 1648, Guénon ne nous donne pas davantage d'explication. Comme d'habitude, il y a des choses qu'il sait, qu'il transmet au compte-goutte et qu'il faut accepter si on lui fait confiance. C'est un peu déroutant mais il fonctionne souvent de cette façon là. L'Orient en question est d'ailleurs probablement un "orient symbolique".


Là est toute la difficulté; faut-il lui faire confiance inconditionnellement ou s'éveiller soi-même à une perception plus vaste ? A chacun de répondre à cette interrogation importante. Guénon nous donne de la matière à digérer; il ne fait que cela ! L'esprit s'en élevera ou pas, en fonction de chacun. Ce départ des R+C pour l'Orient en est d'ailleurs un des plus beaux exemples !
Revenir en haut Aller en bas
Puritus



Nombre de messages : 28
Age : 59
Localisation : Province de Québec
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Re: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   Mar 25 Sep - 15:33

Jean Serlun a écrit:

On peut d'ailleurs supposer en regardant sa vie que Guénon avait atteint ce degré initiatique véritable de Rose+Croix (en particulier en observant son attitude envers les religions) mais, bien entendu, il ne l'a jamais dit.


Chacun verra en Guénon les propres limites de son éveil...
Revenir en haut Aller en bas
Puritus



Nombre de messages : 28
Age : 59
Localisation : Province de Québec
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Re: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   Mar 25 Sep - 15:44

Jean Serlun a écrit:
Enfin, je sais que d'aucuns rejettent la notion de Tradition Primordiale. Ce concept mériterait des explications plus détaillées et je pense qu'il ne faudrait pas confondre "tradition primordiale" et "tradition unique".

Cependant, cette notion de Tradition Primordiale est inséparable de la notion de cycle et d'involution qui est au coeur du témoignage guénonien. J'adhère d'ailleurs à la dénomination "mythe" qui est employée par notre frère Puritus. Car un mythe est fondateur, il voile et dévoile à la fois une réalité symbolique forte et il ne doit pas être confondu avec une fable.


Tradition primordiale et tradition unique... En effet, la différence et de taille !

Cette notion de cycles est le fait d'auteurs occidentaux qui superposèrent les uns après les autres leurs concepts du sujet dont la profondeur de la culture initiale leur échappait. Fabre d'Olivet et Saint-Yves, parmi d'autres, en sont les figures notoires. Mais certes, il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain ! Guénon en a une perception plus affinée et ses sources sont mieux "décortiquées" par son esprit analytique et son intuition mystique. C'est la raison pour laquelle je n'ai pas fait mention de fable, à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 38. Rose-Croix et Rosicruciens.   

Revenir en haut Aller en bas
 
38. Rose-Croix et Rosicruciens.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROSE CROIX AMORC - MGR T. BAKOT
» fabienne a quitté la secte ROSE CROIX AMORC
» S.E.T.I. Cénacle de la Rose+croix
» Les Rose+Croix
» Illuminati - définition d`un manuel Rose-Croix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins Initiatiques :: Club lecture :: Aperçus sur l'Initiation-
Sauter vers: