Chemins Initiatiques

Forum d'une Loge Libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» je mets le forum en sommeil
Ven 18 Avr - 15:18 par Florence

» Le maçon est-il à la fois fier et humble?
Mar 11 Fév - 1:31 par Tao

» le breuvage d'amertume.
Dim 2 Fév - 17:05 par Bon Feu

» Scandales maçonniques
Dim 19 Jan - 5:19 par Bon Feu

» Présentation
Dim 19 Jan - 5:04 par Bon Feu

» le rituel de l'ombre
Sam 14 Déc - 16:06 par Bon Feu

» article sur la vision guénonienne de l'initiation
Sam 7 Déc - 18:28 par lucien

» voute etoilee
Mer 20 Nov - 12:54 par Bon Feu

» une bonne nouvelle
Dim 17 Nov - 7:45 par Bon Feu

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
à lire

Partagez | 
 

 46. Sur deux devises initiatiques.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 62
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: 46. Sur deux devises initiatiques.   Sam 3 Juil - 0:09

Chapître 46 : Sur deux devises initiatiques (page 289 -293) :

Ces deux devises appartiennent aux rituels des hauts grades maçonniques : Post Tenebras Lux et Ordo ab Chao : leur signification est presque identique, bien que la seconde soit susceptible d’une application plus étendue.

L’une et l’autre se réfèrent à l’illumination initiatique, la première directement, la seconde par voie de conséquence puisque c’est la vibration originelle du Fiat Lux qui détermine le début du processus cosmogonique par lequel le chaos sera ordonné pour devenir le cosmos.

Dans le symbolisme traditionnel, et en se contentant du sens proprement cosmogonique, les ténèbres représentent toujours l’état des potentialités non développées qui constituent le chaos ; et corrélativement la lumière est mise en rapport avec le monde manifesté dans lequel ces potentialités sont actualisées, c’est-à-dire le cosmos.
Notons que le mot sanskrit loka (racine lok = voir) a un rapport direct avec la lumière (cf latin : lux). Par l’intermédiaire du latin locus, cela nous mène à la loge, considérée comme symbole du monde ou du cosmos par opposition aux ténèbres extérieures du monde profane.
C’est le lieu éclairé et régulier où tout se fait selon le rite, c'est-à-dire conformément à l’ordre (rita).

A chaque moment du processus de manifestation, l’actualisation cosmique est mesurée par l’extension des rayons solaires à partir du point central où a été proféré le Fiat Lux

La lumière est donc bien après les ténèbres, du point de vue macrocosmique comme du point de vue microcosmique qui est celui de l’initiation car les ténèbres représentent
- le monde profane d’où vient le récipiendaire
- l’état profane dans lequel le récipiendaire se trouve d’abord jusqu’au moment où, initié, il reçoit la lumière.

Par l’initiation, l’être passe des ténèbres à la lumière comme le monde à son origine même (symbolisme de la naissance) y est passé par l’acte du Verbe créateur et ordonnateur (le mot hébraïque ionnar qui traduit l’opération du Verbe divin dans la Genèse à le sens d’ordre = commandement).
L’initiation est bien une image de ce qui a été fait au commencement.

Le cosmos (ensemble ordonné de possibilités) n’est pas seulement tiré du chaos ; il est produit à partir de celui-ci (ab chao) où ces mêmes possibilités sont contenues à l’état potentiel et indistingué.
Le chaos est donc la materia prima ou le point de départ substantiel de la manifestation d’un monde donné, le Fiat Lux en étant le point de départ essentiel.
Notons que la materia prima d’un monde particulier n’est que materia secunda par rapport à la véritable materia prima ou substance universelle.
De façon analogue, l’état de l’être antérieurement à l’initiation constitue la substance indistinguée de tout ce qu’il pourra devenir effectivement par la suite : c’est la pierre brute du symbolisme maçonnique.

Car l’initiation ne peut avoir pour effet d’introduire en lui des possibilités qui n’y auraient pas été tout d’abord (raison d’être des qualifications comme condition préalable).
De même, le Fiat Lux cosmogonique n’ajoute rien substantiellement aux possibilités du monde pour lequel il est proféré ; mais ces possibilités ne s’y trouvent encore qu’à l’état chaotique et ténébreux (ou informe et vide, c’est le thohû va_bohû de la Genèse) et il faut l’illumination pour qu’elles puissent commencer à s’ordonner, passer de la puissance à l’acte.

Ce passage ne se produit pas instantanément mais se continue au cours de tout le travail initiatique.
Il en est de même au point de vue macrocosmique où il se poursuit durant tout le cours du cycle de manifestation du monde considéré.
Le Fiat Lux initial (proprement intemporel puisqu’il précède le déroulement du cycle de la manifestation) ne donne qu’une existence virtuelle au cosmos ou à l’ordre comme l’initiation n’est que virtuellement accomplie par la communication de l’influence spirituelle dont la lumière est le support rituélique.

Autre considération sur ordo ab chao : la réalisation de l’ordre ne faisant qu’un avec le fait que la manifestation elle-même se déroule jusqu’à l’épuisement des possibilités qui y sont impliquées, tous ceux qui en prennent conscience doivent concourir effectivement à la Réalisation, encore appelée : plan du Grand Architecte de l’Univers.
Et ceci dans l’ordre général et extérieur en même temps qu’en lui-même, du point de vue microcosmique.
Dans l’ordre social, cela pourra se traduire par la constitution d’une organisation traditionnelle complète sous l’inspiration des organisations initiatiques qui en constitueront alors la partie ésotérique, c’est-à-dire l’esprit même de cette organisation sociale.
L’organisation profane est alors un ordre par rapport au chaos représenté par l’état purement profane auquel correspond l’absence d’une telle organisation.

Dernière considération sur ordo ab chao : l’utilisation d’organisations extérieures, inconscientes du plan d’ensemble, apparemment opposées les unes aux autres, mais obéissant à une direction invisible unique qui est elle-même au-delà de toutes les oppositions.
On trouve cela particulièrement dans la tradition extrême orientale.

Rappelons que, dans l’ensemble du Cosmos, toutes les choses qui paraissent s’opposer entre elles n’en sont pas moins réellement, en définitive, des éléments de l’ordre total.

C’est le principe du moteur immobile, point fixe et centre de la roue cosmique : il ne peut l’être que parce qu’il ne participe pas au mouvement et ne se mêle pas à l’action extérieure qui appartient toute entière à la circonférence de la roue. : c’est l’activité non agissante de la tradition taoïste.
C’est aussi ce que l’on appelle une action de présence.
Tout ce qui est entraîné dans les révolutions de la roue n’est que modifications contingentes qui changent et qui passent ; seul demeure ce qui est uni au Principe et se tient invariablement au centre, immuable comme le Principe.
Le centre est à la fois le point de départ de la multitude indéfinie des modifications qui constituent la manifestation universelle et le point d’aboutissement car c’est par rapport à lui qu’elles sont toutes ordonnées finalement, de même que les puissances de tout être sont nécessairement ordonnées en vue de sa réintégration finale dans l’immutabilité principielle.
Revenir en haut Aller en bas
 
46. Sur deux devises initiatiques.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» comparaison de moyenne de deux échantillons, cas spécial
» MES DEUX ALLERGIES: L'ALCOOL ET DIEU
» LOI DU PRODUIT DE DEUX VARIABLES ALEATOIRES UNIFORMES
» Nausées atroces depuis deux jours
» QUESTION DE DEBUTANT sur le khi deux (sous excel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins Initiatiques :: Club lecture :: Aperçus sur l'Initiation-
Sauter vers: