Chemins Initiatiques

Forum d'une Loge Libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» je mets le forum en sommeil
Ven 18 Avr - 15:18 par Florence

» Le maçon est-il à la fois fier et humble?
Mar 11 Fév - 1:31 par Tao

» le breuvage d'amertume.
Dim 2 Fév - 17:05 par Bon Feu

» Scandales maçonniques
Dim 19 Jan - 5:19 par Bon Feu

» Présentation
Dim 19 Jan - 5:04 par Bon Feu

» le rituel de l'ombre
Sam 14 Déc - 16:06 par Bon Feu

» article sur la vision guénonienne de l'initiation
Sam 7 Déc - 18:28 par lucien

» voute etoilee
Mer 20 Nov - 12:54 par Bon Feu

» une bonne nouvelle
Dim 17 Nov - 7:45 par Bon Feu

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
à lire

Partagez | 
 

 1. Contre la vulgarisation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 62
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: 1. Contre la vulgarisation   Sam 4 Sep - 15:21

Chapitre 1 : Contre la vulgarisation (page 13-18) :

La sottise d’une majorité d’hommes est la chose la plus difficile à supporter en ce monde, surtout qu’elle se généralise de plus en plus à mesure que s’accentue la déchéance intellectuelle caractéristique de l’ultime période cyclique.

A cela s’ajoutent l’ignorance et l’arrogance de ceux qui croient savoir. Notons que dans la tradition islamique, supporter la sottise et l’ignorance est l’aspect le plus intérieur et le plus réel de la zakat (l’aumône) : cela relève de la vertu de patience.

Sottise et ignorance peuvent être réunies sous le nom commun d’incompréhension.
Mais supporter cette incompréhension n’implique pas de lui faire des concessions ni même s’abstenir de redresser ses erreurs et d’empêcher qu’elles se répandent, tâche fort déplaisante, surtout lorsque l’on se trouve obligé de répéter des choses qu’il devrait normalement suffire d’avoir dites une fois pour toutes.

Cette obstination à ne pas reconnaître l’erreur n’est pas toujours exempte de mauvaise foi, laquelle implique forcément une étroitesse de vues qui est la conséquence de l’incompréhension. Ainsi incompréhension réelle et mauvaise foi, sottise et méchanceté se mêlent de façon inextricable.

Parmi les concessions faites à l’incompréhension, il y a la vulgarisation qui consiste à vouloir « mettre à la portée de tout le monde » ce que l’on considère comme des vérités. Comment pourrait il en être autrement quand ce « tout le monde » comprend nécessairement une majorité de sots et d’ignorants ?

La vulgarisation est d’ailleurs un souci profane qui suppose un certain degré d’incompréhension chez celui qui s’y livre, et encore davantage pour le grand public auquel elle est destinée.
Ceci dit, les inconvénients de la vulgarisation sont limités quand on ne diffuse que des choses d’un ordre profane, comme les conceptions philosophiques et scientifiques modernes qui n’ont rien de profond ou de transcendant. C’est d’ailleurs surtout cela qui intéresse le « grand public » car cela lui donne l’illusion d’un « savoir » acquis à peu de frais : Le vulgarisateur déforme toujours les choses par simplification et en affirmant péremptoirement ce que les savants ne regardent que comme de simples hypothèses. Ce sont d’ailleurs les procédés en usage dans l’enseignement rudimentaire qui n’est que de la vulgarisation avec une empreinte « scientiste » dont bien peu arrivent à se défaire par la suite.

Actuellement, il y a un grand danger dans la mode de la vulgarisation des doctrines traditionnelles, particulièrement orientales. C’est pire que les contrefaçons grossières des occultistes et théosophistes de naguère.
Car aujourd’hui la vulgarisation prend des apparences plus sérieuses, plus « respectables ».
Parmi les vulgarisateurs, il faut distinguer ceux dont la sincérité n’est pas douteuse mais dont la compréhension doctrinale ne saurait aller bien loin et qui doivent s’accommoder de la mentalité de ceux à qui ils s’adressent, surtout quand il s’agit d’un public occidental « moyen ».

Mais il y a aussi ceux qui ne s’intéressent que très peu aux doctrines et profitent de la « mode » pour en faire une véritable entreprise commerciale.
Ceux là sont très éclectiques et répandent indistinctement tout ce qui leur parait être de nature à satisfaire les goûts de leur clientèle.
Tous ces charlatans présentent leurs propres inventions sous l’étiquette de doctrines dont ils ignorent à peu près tout et contribuent ainsi à augmenter la confusion dans l’esprit de ce malheureux public.

Ce qui est fâcheux, à part les idées fausses ou simplistes qui sont répandues par là sur les doctrines traditionnelles, c’est que les gens ne savent pas faire la distinction entre les vulgarisateurs de toute espèce et un exposé fait en dehors de tout souci de plaire au public ou de se mettre à sa portée. Ils mettent tout sur le même plan et attribuent les mêmes intentions à tout.
Nous avons alors affaire à la sottise pure et simple mais aussi à la mauvaise foi ou à un mélange des deux.

Parmi les propagandistes ou les vulgarisateurs, les uns sont tels par l’effet d’une sentimentalité déplacée et les autres parce qu’ils y trouvent un profit matériel.
Ceci est à l’opposé de la rigoureuse intransigeance doctrinale de Guénon.

Cette mise au point était nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 62
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: 1. Contre la vulgarisation   Sam 4 Sep - 17:49

Le vulgarisateur déforme toujours les choses par simplification et en affirmant péremptoirement ce que les savants ne regardent que comme de simples hypothèses.

Et encore ! Quand Guénon écrivait, il n'y avait pas la télévision !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 1. Contre la vulgarisation   Sam 16 Juil - 12:18

N'aurais-tu pas la dent un peu dure en considérant que dans le "tout le monde" il y a une majorité de sots et d'ignorants ??????
Je ne suis pas fondamentalement contre la vulgarisation mais contre l'usage qui en est fait. La vulgarisation va permettre à certaines personnes de découvrir certaines doctrines, notions ou concepts et peut donner envie d'approfondir des données auxquelles elles n'auraient jamais eu accès. Nous ne pouvons pas passer de l'ignorance à la connaissance, il va falloir franchir de nombreuses étapes et je pense que la vulgarisation peut être une de ses étapes. Il est impossible de franchir une barre sans entraînement si elle est placée trop haut !
Ce qui me dérange, est la non conscience du processus d'apprentissage qui habite de nombreux individus car ils croient posséder des connaissances alors qu'ils ne font que répéter des clichés lus ou entendus. Face à ce type d'individus, les échanges sont difficiles si on veut rester correct et ne pas les vexer en mettant en lumière leur bêtise et leur ignorance.
Revenir en haut Aller en bas
lucien



Nombre de messages : 150
Age : 67
Localisation : marbais
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: 1. Contre la vulgarisation   Mer 20 Juil - 12:34

Dans cette discussion, je ne peux m’empêcher de relever une source majeure de discussion (quand ça ne tourne pas au conflit, à qui à raison, …) : le point de vue pris (ou les points de vue) ne sont pas précisés.
La vulgarisation dans le sens mettre à la portée tous l’accès à un savoir est une sorte de pétition de principe liée à la modernité qui veut affirmer les droits de tous pour tout (ou à peu près pour tout) souvent en oubliant l’aspect devoir ; en effet, si chacun peut avoir accès aux savoirs universitaires par exemple (à toute information que l’on voudra bien à la portée de tous), cela implique l’obligation, le devoir de travailler, d’étudier, de faire effort pour comprendre (ou pour le moins de s’informer). Il est évident que ne travailleront que ceux qui en ont le courage et ne comprendront plus ou moins que ceux qui font effort et dans la mesure où leurs capacités mentales le permettent.
La vulgarisation dans le sens prétendre donner une forme à un savoir de tel sorte que ce savoir soit compris par tous est proprement un leurre, une escroquerie, une manipulation odieuse (mais malheureusement des plus évidentes dans tous les domaines mais spécialement dans le domaine psychique antispirituel : voyance, spiritisme, théosophisme, guérison par ceci ou cela, new-ages, etc.) : si cela était possible, on peut s’interroger sur le peu d’ « Einstein » (super-physicien pour l’exemple), sur le pourquoi du taux d’échec élevé aux différents niveaux d’études, …
Par ailleurs, la vulgarisation ne peut jamais intervenir dans le domaine spirituel authentique : comment vulgariser le seul constat de l’Illimité - Eternel - Immuable (ou l’Infini, Brahman non qualifié, le Tao, …) qui est au-delà de expression formelle (et même informelle), constat à la source (et à la fin) de toute voie initiatique authentique, de toute démarche personnelle en ce sens (c’est là que l’on trouvera une explication correcte de l’athée stupide).
Toute vulgarisation, toute simplification dans ce domaine ne peut être l’œuvre que de « Satan ».
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: 1. Contre la vulgarisation   Sam 3 Déc - 10:20

Le respect des codes et des traditions est une nécessité absolue. Il ya un grand danger à nourrir les esprits « simples » d’informations plus ou moins vraie, la aussi, début de bêtise ( quoi que la tout est relatif, en parlant de danger, si le seul danger dans l’absolu, est de perdre quelque biens ou qu’il y ai atteinte aux personnes, mais il ne pourrait y avoir d’atteinte aux esprits libres qui n’ont que faire de cela, pour le parallèle avec la ZAKAT). L’on ne demande pas à une tortue de devenir un singe. Il y a de multiples strates dans les esprits des vulgarisateurs, devant aller probablement crescendo avec l’appât du gain matériel. Dans tous les domaines, les multimédias, internet et autres, abreuvent une population de détracteurs de renseignements ou d’idées qui ne pourront jamais les servir, mais fort heureusement, tout et n’importe quoi est dit. On peut vulgariser un enseignement, la science, synthétiser l’histoire afin de la vulgariser également, et dans ce cas, ces domaines deviennent inintéressants. Force est de constater qu’il n’est pas aisé de parer aux effets de cette « grande bêtise » et le but recherché étant un accès à la sagesse et combattre nos démons, entre autres, il faut rester vigilant et veiller tel le Coq.

Amitiés
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1. Contre la vulgarisation   

Revenir en haut Aller en bas
 
1. Contre la vulgarisation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un répulsif contre les fourmi??
» Recette contre les cochenilles
» pub Peta fabuleuse contre la fourrure 2
» Coup de gueule contre mon chat!
» demande d aide contre la solitude

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins Initiatiques :: Club lecture :: Initiation et réalisation spirituelle-
Sauter vers: