Chemins Initiatiques

Forum d'une Loge Libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» je mets le forum en sommeil
Ven 18 Avr - 15:18 par Florence

» Le maçon est-il à la fois fier et humble?
Mar 11 Fév - 1:31 par Tao

» le breuvage d'amertume.
Dim 2 Fév - 17:05 par Bon Feu

» Scandales maçonniques
Dim 19 Jan - 5:19 par Bon Feu

» Présentation
Dim 19 Jan - 5:04 par Bon Feu

» le rituel de l'ombre
Sam 14 Déc - 16:06 par Bon Feu

» article sur la vision guénonienne de l'initiation
Sam 7 Déc - 18:28 par lucien

» voute etoilee
Mer 20 Nov - 12:54 par Bon Feu

» une bonne nouvelle
Dim 17 Nov - 7:45 par Bon Feu

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
à lire

Partagez | 
 

 2. Métaphysique et dialectiqe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 62
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: 2. Métaphysique et dialectiqe.   Sam 11 Sep - 10:50

Chapitre 2 : Métaphysique et dialectique (page 19-29) :

Guénon réagit à un article de Massimo Scaligero sous le titre Esoterismo moderno : l’opera et il pensiero di René Guénon (traduction : « Esotérisme moderne : l’œuvre et la pensée de René Guénon ») car l’auteur dénie tout caractère de transcendance à la métaphysique et à l’intellectualité pure, ce qui implique la confusion vulgaire de l’intellect avec la raison.

Guénon réaffirme l’absence de toute différence entre la connaissance intellectuelle pure et transcendante (qui n’a rien de mental ou d’humain, au contraire de la connaissance rationnelle) ou la connaissance métaphysique effective (en non pas théorique) et la réalisation initiatique, non plus qu’entre l’intellectualité pure et la véritable spiritualité.

Parler de la « pensée » de Guénon est stupide car c’est quelque chose qui doit être tenu pour inexistant puisqu’il se contente d’exposer les données traditionnelles. Seule l’expression est de lui.
En outre, il ne peut y avoir de « pensée » dans quelque chose qui a une origine supra individuelle et non humaine.

Guénon ajoute qu’il ne peut avoir « rejoint mentalement » l’idée de l’Infini car cette idée ne peut être saisie que d’une façon directe par une intuition immédiate qui appartient au domaine de l’intellectualité pure.
Tout le reste n’est que moyens destinés à préparer à cette intuition ceux qui en sont capables.

Aucun résultat effectif ne peut être obtenu à travers ces moyens.
Il en est de même de celui qui raisonne sur ce qu’on appelle les « preuves de l’existence de Dieu » et qui ne parviendra pas ainsi à une connaissance effective de la Divinité.

En fait, les concepts en eux-mêmes, et surtout les abstractions, n’intéressent ni Guénon ni ceux qui se placent d’un point de vue strictement traditionnel.
Et il abandonne ces élaborations mentales aux philosophes et autres penseurs dont le type est Descartes qui ne peut aboutir qu’au rationalisme puisqu’il est incapable de dépasser l’exercice des facultés purement individuelles et humaines et ignore par conséquent que celles-ci ne permettent pas d’atteindre tout ce qui appartient au domaine métaphysique et transcendant : il ne peut donc être qu’agnostique.

Mais quand on expose des choses d’un tout autre ordre dans une langue occidentale, on est obligé d’employer des mots qui n’expriment que de simples concepts puisqu’on n’en a pas d’autre à sa disposition.
A moins de restituer leur sens premier aux mots qui ont tout d’abord appartenu à une terminologie traditionnelle.
Guénon explique que son exposé est rigoureusement impersonnel et se réfère entièrement à des vérités d’ordre traditionnel.

En ce qui concerne la dialectique ésotériste, elle n’a de sens qu’en tant que « dialectique mise au service de l’ésotérisme » comme moyen extérieur utilisé pour communiquer ce qui est susceptible d’être exprimé verbalement et toujours en se rappelant que cette expression est forcément inadéquate, surtout dans l’ordre métaphysique car elle est formulée en termes humains.

La dialectique (au sens original platonicien ou aristotélicien, et non hégélien) n’est rien d’autre que la mise en œuvre ou l’application pratique de la logique.
Or, lorsqu’on veut dire quelque chose, on doit se conformer aux lois de la logique mais cela ne signifie pas que les vérités qu’on exprime sont sous la dépendance de ces lois. (exemple du dessinateur qui, obligé de tracer l’image d’un objet à trois dimensions sur une surface qui n’en a que deux, n’ignore pas l’existence de la troisième).

La logique domine réellement tout ce qui est du ressort de la raison mais tout ce qui d’ordre supra individuel et supra rationnel lui échappe car le supérieur ne saurait être soumis à l’inférieur. La logique n’est donc qu’une sorte de descente au niveau individuel, faute de laquelle ces vérités demeureraient totalement incommunicables.

Certains se refusent à envisager que les limites de l’individualité puissent être dépassées et que la réalisation se borne à une sorte d’exaltation de l’individu à la recherche d’une « source première » qu’il prétendrait retrouver en lui-même.
Mais cela est une impossibilité pour l’individu comme tel car il ne peut évidemment se dépasser par ses propres moyens et, de plus, si la source première était d’ordre individuel, elle serait encore quelque chose de bien relatif.

Si l’être qui est un individu humain dans un certain état de manifestation n’était véritablement que cela, il n’y aurait pour lui aucun moyen de sortir des conditions de cet état et tant qu’il n’en est pas encore sorti effectivement, il reste un individu selon les apparences et tout ce qui est nécessaire pour lui permettre de les dépasser ne peut se présenter à lui que comme extérieur.

Il n’est en effet pas encore arrivé au stade où une distinction comme celle de l’intérieur et de l’extérieur cesse d’être valable.

L’homme moderne perçoit généralement l’initiation comme un corpus doctrinal et rituel extérieur, et non comme un courant de vie suprahumaine où il doit se plonger pour revivre.
Il commet l’erreur de séparer le transcendant du monde des sens qu’il perçoit comme privé du Divin.
Il faut donc, pour réparer cette erreur, retrouver une forme d’initiation qui précède l’époque dans laquelle elle est survenue.

Cette erreur est totalement disqualifiante pour parvenir à l’initiation effective.

Heureusement qu’il y a dans le monde moderne des hommes qui par leur constitution intérieure ne sont pas des hommes modernes et sont donc capables de comprendre ce qu’est essentiellement la tradition.

Attention de ne pas croire que l’homme actuel s’est « libéré » de l’aide de la tradition initiatique, des mythes et des symboles en croyant avoir atteint un échelon élevé de connaissance.
C’est tout le contraire. Si l’homme a atteint un échelon ultime, c’est bien plutôt dans le sens descendant qu’ascendant.

Aujourd’hui, on entend toujours «conquête de la liberté » et autonomie dans un sens purement individualiste en oubliant que la véritable libération n’est possible que par l’affranchissement des limites inhérentes à la condition individuelle.

Et quelle erreur que de vouloir refuser l’aide extérieure de la transmission initiatique régulière ! La vérité est que en dehors de tout rattachement à une organisation traditionnelle, il n’y a pas d’initiation et que, sans initiation préalable, aucune réalisation métaphysique n’est possible.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 62
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: 2. Métaphysique et dialectiqe.   Sam 11 Sep - 10:59

Pérennité de la doctrine traditionnelle au-delà des époques !

Guénon écrit à propos de l'homme individuel non libéré qu'il n'est pas encore arrivé au stade où une distinction comme celle de l'intérieur et de l'extérieur cesse d'être valable.

Or, que dit le Christ dans l'évangile de Thomas (apocryphe) en son paragraphe 27 ?

" Lorsque vous ferez les deux être un, et que vous ferez le dedans comme le dehors et le dehors comme le dedans, et le haut comme le bas ! Et si vous faites le mâle et la femelle en un seul afin que le mâle ne soit plus mâle et que la femelle ne soit plus femelle, et lorsqu'à la place d'un oeil vous referez des yeux, et une main à la place d'une main et un pied à la place d'un pied, et une image à la place d'une image, alors vous entrerez dans le Royaume."
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: 2. Métaphysique et dialectiqe.   Mar 14 Sep - 22:51

Ne pas confondre l’acte de penser avec celui de méditer.
Savoir redevenir naïf et ignorant en acceptant le fait de comprendre d’une manière intuitive sans forcément pouvoir expliquer, ne pas chercher une logique dans ce qui nous entoure mais voir au-delà …
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 62
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: 2. Métaphysique et dialectiqe.   Mer 26 Jan - 21:27

"Parler de la « pensée » de Guénon est stupide car c’est quelque chose qui doit être tenu pour inexistant puisqu’il se contente d’exposer les données traditionnelles. Seule l’expression est de lui.
En outre, il ne peut y avoir de « pensée » dans quelque chose qui a une origine supra individuelle et non humaine."

C'est pourquoi, la plus belle appellation que l'on ait pu donner à René Guénon est "le témoin de la connaissance sacrée".

Je trouve parfaitement "sincère et véritable" cette façon de considérer le rôle de celui qui écrit pour les autres.
Puissions-nous essayer de nous effacer au point de n'être le vecteur d'une Vérité qui nous dépasse si nous avons l'honneur de soulever un tout petit bout du coin du voile d'Isis.

C'est le volet ésotérique de faire ce qui, dans la voie exotérique correspond à "la volonté de Dieu".
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: 2. Métaphysique et dialectiqe.   Dim 13 Mar - 0:09

Oublier tout le côté « Rationnel » de l’esprit formaté, n’écouter que sa raison, son intuition, ne pouvant parvenir qu’après pure Initiation.
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
leloviret



Nombre de messages : 113
Age : 77
Localisation : tours
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: 2. Métaphysique et dialectiqe.   Sam 30 Avr - 22:37

dans l'evangile ( apocryphe de Thomas la Pleiade ) il est dit aussi
114 --Simon Pierre leur dit :" Que Marie nous quitte , car les femmes ne sont pas dignes de la Vie ." Jésus dit :" Voici que moi je l'attirerai pour la rendre mâle , de façon à ce qu"elle aussi devienne un esprit semblable à vous ,mâles .Car toute femme qui se fera mâle entrera dans le royaume des cieux".
Aurai je l'audace de dire que tout homme qui se fera femelle entrera dans le royaume des cieux ?? car il est vrai que si l'un ou l'autre n'épouse pas son contraire en soi , ne pourra comprendre l'Unité pour laquelle nous devons vivre .
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: 2. Métaphysique et dialectiqe.   Sam 7 Mai - 7:42

Bonjourà tous.
L'équilibre, le rapport entre le Fixe et le Volatile...
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2. Métaphysique et dialectiqe.   

Revenir en haut Aller en bas
 
2. Métaphysique et dialectiqe.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hommage à camus, la foi métaphysique
» Métaphysique et rationalité. Talek-Anthyme & Vicomte
» Opinion métaphysique et intime conviction
» Que peut-on qualifier de "métaphysique" ?
» Question sur la métaphysique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins Initiatiques :: Club lecture :: Initiation et réalisation spirituelle-
Sauter vers: