Chemins Initiatiques

Forum d'une Loge Libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» je mets le forum en sommeil
Ven 18 Avr - 15:18 par Florence

» Le maçon est-il à la fois fier et humble?
Mar 11 Fév - 1:31 par Tao

» le breuvage d'amertume.
Dim 2 Fév - 17:05 par Bon Feu

» Scandales maçonniques
Dim 19 Jan - 5:19 par Bon Feu

» Présentation
Dim 19 Jan - 5:04 par Bon Feu

» le rituel de l'ombre
Sam 14 Déc - 16:06 par Bon Feu

» article sur la vision guénonienne de l'initiation
Sam 7 Déc - 18:28 par lucien

» voute etoilee
Mer 20 Nov - 12:54 par Bon Feu

» une bonne nouvelle
Dim 17 Nov - 7:45 par Bon Feu

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
à lire

Partagez | 
 

 3. La maladie de l'angoisse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 62
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: 3. La maladie de l'angoisse   Lun 20 Sep - 0:00

Chapitre 3 : La maladie de l’angoisse (page 30-38) :

Parler d’inquiétude, voire d’ « angoisse métaphysique », est aujourd’hui à la mode. Ces expressions sont absurdes et trahissent le désordre mental de notre époque.

Mais que cachent ces erreurs et ces abus de langage ?
Certes, ceux qui parlent ainsi n’ont aucune notion de la véritable métaphysique mais pourquoi transportent-ils ces termes d’inquiétude et d’angoisse justement dans ce domaine qui leur est inconnu ?

En premier lieu, ces mots représentent des sentiments particulièrement caractéristiques de notre époque et leur prédominance et justifiée par l’état de déséquilibre et d’instabilité de toutes choses, et qui s’aggrave sans cesse.
Ceux qui vivent dans un monde aussi troublé ne peuvent avoir une impression de sécurité.

Mais cela ne rend pas compte de l’intrusion de ces sentiments dans l’ordre intellectuel.
Cette intrusion montre que le mal est profond et que c’est quelque chose qui se rattache à l’ensemble de la déviation mentale du monde moderne.

L’inquiétude perpétuelle des modernes n’est qu’une des formes de leur besoin d’agitation. Dans l’ordre mental, cela se traduit par le goût de la recherche pour elle-même, une recherche qui ne trouve pas son terme dans la connaissance mais en fait se poursuit indéfiniment et ne conduit à rien.
Elle est d’ailleurs entreprise sans intention de parvenir à une vérité à laquelle de toutes façons on ne croit pas.

Certes, une certaine inquiétude a sa place au point de départ de toute recherche car, si l’homme se trouvait satisfait de son état d’ignorance, il ne chercherait aucunement à en sortir.

Mais cette inquiétude mentale n’est en fait rien d’autre que cette curiosité qui est « le commencement de la science » (Aristote).
Elle n’a rien de commun avec les besoins purement pratiques auxquels les « empiristes » voudraient attribuer l’origine de toute connaissance humaine.
Dans tous les cas, cette inquiétude ou curiosité devrait disparaître dès que la connaissance est atteinte, surtout quand il s’agit de la connaissance par excellence qu’est la connaissance métaphysique.

L’inquiétude sans terme, elle, ne sert pas à tirer l’homme de son ignorance ; elle est la marque d’agnosticisme souvent inconscient d’ailleurs.
Dans les faits, parler d’inquiétude métaphysique revient souvent à nier la connaissance métaphysique ou au moins de déclarer son impuissance à l’obtenir.
L’inconscience de cette agnosticisme entraîne d’ailleurs une illusion qui consiste à prendre pour métaphysique ce qui n’est que la pseudo-métaphysique des philosophes modernes. Celle-ci s’avère incapable de dissiper la moindre inquiétude car elle n’est pas une véritable connaissance.
Elle ne fait qu’accroître le désordre intellectuel et la confusion des idées chez ceux qui la prennent au sérieux et rendre leur ignorance d’autant plus incurable.

Cela conforte le point de vue suivant : la fausse connaissance est bien pire que la pure et simple ignorance naturelle.

Certains vont même jusqu’à parler d’angoisse métaphysique, ce qui est encore plus grave que parler d’inquiétude, quoique les deux termes puisent leur racine dans la même ignorance.

En effet, l’angoisse n’est qu’une forme extrême et chronique de la peur.
L’homme éprouve naturellement de la peur devant ce qu’il ne connaît pas ou ne comprend pas.
Cette peur l’empêche de vaincre son ignorance car elle l’amène à se détourner de l’objet en présence duquel il l’éprouve au auquel il en attribue la cause alors qu’en réalité cette cause n’est qu’en lui-même.
Parfois, la peur se transforme en haine de l’inconnu, surtout s’il l’homme a l’impression que cet inconnu le dépasse.

Pourtant, si l’ignorance peut être dissipée, la peur s’évanouira (exemple bien connu de la corde prise pour un serpent).
La peur (et donc l’angoisse) est donc incompatible avec la connaissance.
Si le degré de peur est trop élevé, la connaissance sera même rendue impossible.
L’ignorance joue le rôle d’un véritable gardien du seuil, selon l’expression des Hermétistes, interdisant à l’homme l’accès du domaine de la connaissance métaphysique.

Note de Jean Serlun : c’est l’une des raisons de la présence d’un dragon qui doit être vaincu pour accéder à la caverne au trésor dans la plupart des légendes.

Comment la peur résulte-t’elle de l’ignorance ?

La peur n’est pas, comme on l’a prétendu, le résultat d’un sentiment d’isolement.
Au contraire, la peur est due à un sentiment de dualité.

Si un être était vraiment seul, de quoi pourrait-il avoir peur ?
S’il a peur de quelque chose qui se trouve en lui-même, cela implique qu’il y a en lui, dans sa condition actuelle, des éléments qui échappent à sa propre compréhension, et par conséquent une multiplicité non unifié. Le fait qu’il soit isolé ou non n’y change d’ailleurs rien.

Il en est de même de la peur de l’obscurité qui est en fait la peur des dangers qu’elle cache. Si l’obscurité était considérée comme vide de toute présence inconnue, la peur serait sans objet.

L’être qui éprouve de la peur cherche à s’isoler, mais pour s’y soustraire. Il prend une attitude négative et se rétracte pour éviter tout contact possible avec ce qu’il redoute. Mais cette attitude de défense est irréfléchie et inefficace car l’homme ne peut échapper à son milieu.

La peur est causée par l’existence d’autres être qui constituent ce monde extérieur.
Mais l’autre comme tel n’existe que par un effet de l’ignorance, puisque tout connaissance véritable implique essentiellement une identification.
Plus un être connaît, moins il y pour lui d’autre et d’extérieur et la possibilité de la peur est abolie pour lui.

Et finalement, l’état de solitude absolue (kaivalya), qui est au-delà de toute contingence, est un état de pure impassibilité.

Remarquons que la notion d’ataraxie des Stoïciens est une conception déformée de cet état car elle prétend s’appliquer à un être qui est encore soumis aux contingences, ce qui est contradictoire.

S’efforcer de traiter les choses extérieures comme indifférentes dans la condition individuelle peut constituer une sorte d’exercice préparatoire en vue de la délivrance, mais rien de plus car, pour l’être qui est réellement délivré, il n’y a pas de choses extérieures.

C’est un exercice équivalent à celui qui, dans les épreuves initiatiques, exprime la nécessité de surmonter d’abord la peur pour parvenir à la connaissance qui, par la suite, rendra cette peur impossible puisqu’il n’y aura plus rien alors par quoi l’être puisse être affecté.

Ne confondons pas les préliminaires de l’initiation avec son résultat final.

Remarques sur les influences inconnues :

La peur est souvent associée à une sensation de froid, phénomène physiologique causé par la « rétractation » de l’individu.

Mais cette sensation de froid peut aussi subvenir sans que l’être ait consciemment peur : c’est alors la manifestation d’influences psychiques de l’ordre le plus inférieur, comme par exemple lors des séances spirites ou dans les phénomènes de « hantise ».
Il s’agit là d’une défense presque organique en présence de quelque chose d’hostile et d’inconnu, du moins pour l’homme ordinaire, limité à ses cinq sens.

Des « terreurs paniques », souvent collectives, se produisent parfois, sans cause apparente. En fait elles sont dues à la présence d’influences n’appartenant pas à l’ordre sensible. Il ne s’agit pas toujours d’influences psychiques (hostiles ou d’ordre inférieur) car une influence d’ordre spirituel peut provoquer la terreur chez les profanes qui la perçoivent vaguement sans rien connaître de sa nature.
Tout cela confirme que la peur est bien réellement causée par l’ignorance.

En conclusion :

a) Ceux qui parlent d’angoisse métaphysique montrent par là leur ignorance totale de la métaphysique.
De plus, leur attitude devenue permanente rend cette ignorance invincible car la peur s’est installée dans leur psychisme : c’est alors une véritable maladie. Tant qu’elle ne peut être surmontée, elle constitue un disqualification à l’égard de la connaissance métaphysique.

b) La connaissance est le seul remède définitif contre l’angoisse car elle détruit dans leur racine et rend impossible ces produits de l’ignorance.

c) La connaissance par excellence répercutera ses effets sur touts les domaines inférieurs ainsi les mêmes sentiments de peur disparaîtront aussi à l’égard des choses les plus contingentes.

Car celui qui voit toute chose dans le principe sais que, quelles que soient les apparences, elles ne sont en définitive que des éléments de l’ordre total.

Le véritable remède à tous les maux dont souffre le monde moderne ne peut venir que d’en-haut, c’est-à-dire d’une restauration de la pure intellectualité. Tant qu’on cherchera à y remédier par en bas, c’est-à-dire en se contentant d’opposer des contingences à d’autres contingences, tout ce qu’on prétendra faire sera vain et inefficace.

Mais qui pourra le comprendre pendant qu’il en est encore temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 31
Localisation : Québec
Date d'inscription : 03/08/2010

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Dim 21 Nov - 1:19

Ça vient aussi de M. Guénon ?

Pour être honnête, dans l'enseignement que j'ai eu relativement au reiki on ouvre également une fenêtre sur cette possibilité, soit celle disant que le mental influence beaucoup sur la santé physique. J'ai essayé de voir un peu plus profondément dans la théorie et j'en suis venue à peu près à la même conclusion.

Par contre, je ne suis pas certaine de voir la peur comme un lien immédiat à l'existance d'un autre être. J'ai un peu de difficulté à croire que ce soit possible. Il est effectivement des peurs qui dépendent de l'existance d'autrui, mais il en est d'autres qui ne dépendent pas de ce genre de choses. Est-ce parce que vous êtes seul que vous êtes sans peurs ? Non. La peur ne vient pas de l'existance d'un autre être, mais plutôt de la souffrance qu'on peut imaginer provenir de la source ou de l'inconnu.

L'inconnu fait peur et ce qui fait peur nous détruit...
(Vous me pardonnerez mais j'ai complètement oublié de qui cette citation provenait.)

On appelle ça, l'instinct de survie. Lorsque SA propre existance est menacée, l'être humain est prêt à tout faire pour demeurer tel qu'il est, à moins d'avoir vécu un processus de transformation particulier et encore... Au bout d'un moment, il est un processus de résistance qui se forge si on ne maintient pas l'esprit ouvert et il devient de plus en plus difficile de modifier certains traits de personnalité. Certes, une personne ayant reçu l'enseignement nécessaire pour le faire n'y verra aucune difficulté ou sinon très peu, mais encore faut-il pouvoir entrer dans le cercle de confiance de l'individu avant d'y parvenir. Là est le défi... ou pas...

Sinon pour l'angoisse, je suis parfaitement d'accord sur le fait que la connaissance peut aider. J'ai passé 8 bonnes années à tester cette théorie. Ne pas savoir est extrêmement frustrant. (Vive internet... même si on ne peut pas tout y trouver quoi que presque...)

Quant à l'état de pure impassibilité, ça demande une très grande détermination et la maîtrise de la notion de détachement... mais encore, semble-t'il que ça varie selon l'individu...
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Dim 21 Nov - 19:00

Peut-être tout bonnement recouvrer la Foi non forcément d’une manière religieuse…
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
Phoenix

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 31
Localisation : Québec
Date d'inscription : 03/08/2010

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Dim 21 Nov - 23:05

La foi ou l'espoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Lun 22 Nov - 20:41

La FOI
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
Phoenix

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 31
Localisation : Québec
Date d'inscription : 03/08/2010

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Lun 22 Nov - 22:28

Au risque de vous déplaire cher Ness, puis-je vous demander de plus amples explications, à savoir pourquoi vous êtes si certain ?
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Lun 22 Nov - 23:43

Cherches et tu trouveras si c'est ce que tu veux vraiment, mais c'est très long, plus qu'une vie peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
Phoenix

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 31
Localisation : Québec
Date d'inscription : 03/08/2010

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Mar 23 Nov - 2:21

Je crains de m'être mal exprimée. Je n'essaie pas de te faire dire ce que tu sais sur le sujet, mais seulement de comprendre ton point de vue sur la question parce que la foi, c'est bien, mais ça ne suffit pas.

Ma mère est décédée le 20 février dernier du cancer et jusqu'au dernier moment, elle a eu la foi en sa guérison, en le divin... (Appelez-le GADLU si vous voulez...). Elle n'a pas guéri. Donc je résume, la foi ne suffit pas. Ce qu'ils disent dans la bible "Ta foi t'a sauvé." n'est pas applicable dans ce genre de situation. De mémoire, je n'ai aucun souvenir d'avoir lu que par exemple dans la bible Jésus avait dit à une personne qu'il avait guéri "Ta foi t'a sauvé.". Sinon s'il vous plaît, trouvez-moi le passage que je réajuste mes pensées et que je reconnaisse mes torts.

Se tourner vers le divin, vers une forme croyance, peut aider énormément dans certaines situations, mais combien de personnes prient chaque jour pour guérir de maladies graves et ne guérissent pas ? Est-ce parce qu'ils ne sont pas dignes d'être sauvés ? Je ne crois pas...




À moins que l'on parle de la foi en soi...

Si on parle de la foi en soi, ça change beaucoup de choses...

Il ne reste qu'une chose, déterminer la source de la maladie. (Le domaine créant l'angoisse qui crée la maladie... voir, la situation même...) Ça exige beaucoup de temps, de patience, de détermination. Ça exige aussi de vouloir aller jusqu'au bout et de comprendre. Pour certains, la méditation peut suffir pour trouver la source, pour d'autres, l'hypnose ou la PNL peuvent être nécessaires pour déverrouiller certains bloquages.

Ensuite, il faut vouloir guérir non ? C'est bien de savoir la cause de notre mal, mais encore faut-il vouloir s'en sortir...
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Mar 21 Déc - 22:49

Je vais être un peu dur, on ne prie pas pour guerir mais pour autrui.
Je suis dans ce cas et ma maman s'est"endomie" en tois mois, cancer rapide il y a 3 ans;
je continue et je n'ai pas peur de le dire à vivre avec elle, pour moi, elle est toujours présente. la foi n'est pas le prière, mais une chose bien plus profonde.
Amitiés.
PS: je ne répond pas pour conclure mais pour t'encourager à croire en toi.
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
Phoenix

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 31
Localisation : Québec
Date d'inscription : 03/08/2010

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Mar 21 Déc - 23:07

Ness a écrit:
Je vais être un peu dur, on ne prie pas pour guerir mais pour autrui.
Je suis dans ce cas et ma maman s'est"endomie" en tois mois, cancer rapide il y a 3 ans;
je continue et je n'ai pas peur de le dire à vivre avec elle, pour moi, elle est toujours présente. la foi n'est pas le prière, mais une chose bien plus profonde.
Amitiés.
PS: je ne répond pas pour conclure mais pour t'encourager à croire en toi.

Je crois qu'on se comprend un peu mal. Je sens la même chose pour ma mère même si c'est encore un peu douloureux. Je la sens toujours présente en moi. Le fait est que si on ne fait que croire et qu'on ne fait rien pour s'aider, ça ne se fera pas tout seul. Il en est de même pour les autres...
Revenir en haut Aller en bas
lucien



Nombre de messages : 150
Age : 67
Localisation : marbais
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Dim 18 Sep - 12:06

TT CC FF & SS,

voici quelques réflexions inspirés par les échanges ci-dessus.

Tout d'abord,attention: ne pas confondre entre esprit et mental. Le psychisme comme le corps constitue l'individualité, l'humain; l'esprit est supra-humain, non-humain, c'est ce qui relie à l'Eternel (comme symbolisé par le souffle de Dieu qui fait d'Adam un être vivant)

La première peur bien connue et observable chez l’enfant, c’est quand il se rend compte de la réalité d’autres individus que sa mère : c’est ce que l’on a appelé l’angoisse de 8 mois.

La peur vient de l’émotion lié à la perte de sécurité, au changement subit d’une situation (on parle aussi de l’angoisse liée à la naissance) ce qui peut être formulé comme l'inconnu fait peur et ce qui fait peur nous détruit... et dit être lié à l’instinct de survie.

Ce dont il s’agit c’est l’association de l’angoisse avec la métaphysique : parler d’angoisse métaphysique est absurde par le simple fait que si l’on « atteint » cette connaissance, il ne peut y avoir d’angoisse (dira-t-on de Dieu ou du Bouddha qu’il est angoissé ?) ; d’autre part l’on sait aussi que la connaissance (et non le simple savoir) par rapport à un événement libère, et à fortiori, la connaissance spirituelle qui libère des limitations de l’individualité.

C’est seulement dans les limitations de celle-ci que peut naître la peur, et justement par la perception de l’autre, de ce qui est autre, l’un et l’autre perçu comme représentant un danger.

En fait, la peur, l’angoisse, les troubles plus ou moins importants, … sont la conséquence de la dualité ou multiplicité, c’est symboliquement, la peur et la honte d’Adam et Eve après avoir connu le bien et le mal rejoignant ainsi le monde de la mort.

Au plan spirituel, l’on n’est pas dans l’impassibilité mais l’équanimité et atteindre un tel état n’est pas aisé : c’est l’objectif (un des aspect de l’objectif) du travail initiatique. Et pour accomplir ce travail, la foi est une condition nécessaire (attention la foi est une certitude intérieur qu’il y a l’absolu, la Lumière, l’Eternité, …).

Frat:.
Revenir en haut Aller en bas
sebastian80



Nombre de messages : 1
Age : 55
Localisation : italie
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: sur le reiki   Ven 19 Oct - 2:37

[quote="Phoenix"]

"Pour être honnête, dans l'enseignement que j'ai eu relativement au reiki on ouvre également une fenêtre sur cette possibilité, soit celle disant que le mental influence beaucoup sur la santé physique.."

Je voulais seulement faire une observation qui n’est strictement pas lie à le présent argument. Je crois que le Reiki est une transmission psychique et que on devrait s’écarter de ces choses là. Ce sont le bénédictions spirituelles qu’on devrait rechercher . Ça c’est seulement mon opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 31
Localisation : Québec
Date d'inscription : 03/08/2010

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Ven 19 Oct - 8:14

Ça dépend de si on sait ce qu'est vraiment le reiki ou non... Cool

Une personne qui sait vraiment utiliser le reiki sait comment faire d'une pierre trois coups, rejoindre le psychique, le mental et le physique.

Je croyais que vous les maîtres du mystères saviez comment comprendre les mystères...?
Revenir en haut Aller en bas
salamandre

avatar

Nombre de messages : 13
Age : 80
Localisation : prés des vagues
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Ven 19 Oct - 14:39

Etant de nature simple je me pose la question, l'angoisse métaphysique c'est quoi? j'ai cru comprendre que cette maladie du corps et de l'esprit était l'apanage de l'ignorance mais n'atteignait pas ceux qui possédaient la connaissance

je suis surement complétement ignare, car il m'arrive sans raison apparente d'avoir des crises d'angoisse. Je me console en me disant que je suis surement une maçonne" normale ", car j'ai appris il y a déjà quelques années que les maçons avançaient sur le chemin qui méne à la connaissance, mais je n'ai jamais rencontré de maçon possédant cette connaissance

La Connaissance absolue résultant de la connection de ladite connaissance avec la Vérité, hors qui peut se vanter d'avoir atteint l'illumination suprême de la Vérité?

En conclusion , je suis donc condamnée à vivre avec l'angoisse de mon ignorance, en avançant laborieusement sur le chemin qui méne à la connaissance

Il est aussi dit quelque part que c'est le doute qui nous permet d'avancer
Revenir en haut Aller en bas
Ness

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Localisation : Orient de Lille
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Mer 31 Oct - 21:35


le sage ne peut que douter...
F:.R:.T:.
Revenir en haut Aller en bas
http://ben.ness.chez-alice.fr/
lucien



Nombre de messages : 150
Age : 67
Localisation : marbais
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Jeu 1 Nov - 12:32

Très chers amis (et chères amies)

Voici quelques réactions qui pourront peut-être avoir quelques utilités.
Toute technique (reiki, sophrologie, techniques diverses de relaxation, etc. — pour ne citer que celles prétendent à tort ou raison améliorer la vie des hommes) visant à (ou ne visant plus qu’à) « réguler » le psychisme de l’homme (et même des animaux) agit nécessairement sur l’ensemble de l’individualité, dans ses différentes modalités psychocorporelles et ce que le point de départ soit essentiellement corporel ou psychique ( note : le mental est de nature psychique et est inclut dans celui-ci ; le psychique, pris en tant que tel, n’est pas de nature spirituel, d’où, il s’agit de faire d’une pierre deux coups et non trois ; notons encore que le cerveau peut être dit être l’organe du psychique et constater l’étroite unicité des dimensions psychique et corporelle chez l’être humain).

« Je croyais que vous les maîtres du mystères saviez comment comprendre les mystères...? »
Voilà une petite phrase « assassine » qui en fait ne peut atteindre (en le dévoilant) que celui qui la donne car en effet, qui a dit qu’un maître maçon est un maître des mystères ? qui a attribué à ces maîtres, la croyance qu’ils comprenaient les mystères ?
De plus quand on parle de mystère(s), à quoi fait-on référence ? Des mystères de l’astrologie, de l’écriture, de la science, etc. ou autres « attrape-mouches » ?
Ou au contraire fait-on référence au Mystère divin (lié au Silence spirituel) : dans ce cas, les Maîtres sont censés continués ce qu’ils ont entrepris dès le départ de l’initiation sans aucune prétention d’atteindre le Mystère mais seulement avec le courage de poursuivre au mieux la quête de la Lumière (ou de la Connaissance au plan spirituel à distinguer nettement de l’acquisition de connaissances, de savoirs afin d’éviter de malheureuses confusions mentales qui ne feraient elles-aussi qu’atteindre l’aspect corporel)

« Etant de nature simple je me pose la question, l'angoisse métaphysique c'est quoi? »
Ce n’est absolument rien car il ne peut exister d’angoisse de ce type, sinon dans l’imaginaire de certains.
Par contre, cela serait à vérifier, il se peut que quelqu’un soit angoissé face à « son ignorance », plus exactement angoissé du fait de ne pas savoir ceci ou cela (car comment peut-on être angoissé de quelque chose que l’on ignore ?
L’angoisse ponctuelle est « normale » tant que le psychisme la « résout » - sans doute s’agit-il de ce que vous appelez des « crises d’angoisse » ; l’angoisse permanente est une trouble psychique plus ou moins handicapant selon la « solution psychique » prise (les différentes phobies par exemple : avoir peur des souris est moins dramatique que d’avoir peur de sortir, …)

« Mais je n'ai jamais rencontré de maçon possédant cette connaissance : »
vous n’êtes pas la seule, soyez-en certaine.

« La Connaissance absolue résultant de la connexion de ladite connaissance avec la Vérité, hors qui peut se vanter d'avoir atteint l'illumination suprême de la Vérité?: »
qu’il y ait connexion avec la Vérité (ou autre appellation équivalente) est tout à fait possible et cela commence par la foi (force intérieure éveillant l’intuition de l’Absolu et par là, liant à cet absolu, établissant une connexion, qui est de toute façon à entretenir, à développer autant que possible en suivant un chemin spirituel de façon active)

« En conclusion , je suis donc condamnée à vivre avec l'angoisse de mon ignorance, en avançant laborieusement sur le chemin qui mène à la connaissance j'ai cru comprendre que cette maladie du corps et de l'esprit était l'apanage de l'ignorance mais n'atteignait pas ceux qui possédaient la connaissance : »
« être angoissé » face à certains mouvements émotionnels engendrant doutes anxiogènes, questions sans réponse ou certains faits (comme la mort) n’est pas une fatalité. C’est un fait. Et seule une pratique continue, assidue tournée vers l’harmonie intérieure (je parle en général) mieux une pratique méditative initiée par une démarche spirituelle permet de progresser, de s’équilibrer (à condition de frapper à une porte reconnue – attention aux multiples tentations offertes par pas mal d’offres dont les buts sont le pouvoir associé à l’argent voir au sexe en exploitant honteusement les faiblesses émotionnelles diverses)

« Il est aussi dit quelque part que c'est le doute qui nous permet d'avancer : »
oui mais pas l’hésitation émotionnelle, la peur de, le manque de confiance en … ; il s’agit du doute lié à l’intelligence et qui consiste à questionner, à mettre en doute telle ou telle donnée en tant que perçue comme absolue. Il s’agit de mettre, par cette mise en doute, ce questionnement, les choses à leur place, dans leur domaine, etc.
Exemple : pourquoi ne pas mette au doute (en doute) vos « crises d’angoisse » et leur(s) motif(s) ?

très cordialement
Revenir en haut Aller en bas
salamandre

avatar

Nombre de messages : 13
Age : 80
Localisation : prés des vagues
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Jeu 1 Nov - 21:58

Je constate sans angoisse que mon intervention vient d'être analysée, merci MTCF , mais en vérité, je ne suis pas aussi angoissée que celà, une petite crise de doute de temps, la remise en question que certains appellent le retour dans le cabinet de réflexion. Nous sommes là pour chercher ce que nous ne trouverons pas, mais qu'importe, l'important c'est d'avancer chacun à sa vitesse. Par contre j'attache une grande importance à la qualité de la transmission, c'est notre devoir pour assurer la continuité, recevoir et transmettre
Revenir en haut Aller en bas
peyo

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 74
Localisation : aquitaine
Date d'inscription : 09/08/2013

MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   Mer 14 Aoû - 2:29

TT.·.CC.·.FF.·./SS.·.

Je reste dubitatif, sur le thème abordé ci-dessus !
En effet, en ce qui me concerne je trouve que les notions d'angoisse et de peur sont rendues peu compréhensible :
si l'on parle d'angoisse métaphysique, alors nous sommes dans le questionnement " qui suis-je, ou
d'où est-ce que je viens " . C'est l'objet, entre autre, de la démarche philosophique de chacun (chacune);

Par ailleurs, assimiler l'angoisse à une forme chronique et extrême de la peur, c'est mettre du brouillard, la où  il faudrait de la clarté, comme également dire que la connaissance est le seul remède à l'angoisse .(la connaissance n'a jamais fait disparaître l'angoisse)

L'angoisse d'un point de vu psychopathologique est un état de mal-être, miroir d'un ensemble de phénomènes affectifs, qui si trop fréquentes voir continue elle devient un symptôme .

Quand à la peur elle est liée à un objet externe clairement
identifié
Que chacun essaye de se souvenir si lors de son initiation il a ressenti de l'angoisse où de la peur, ou peut-être les deux, et alors à quel moment de la cérémonie ?
C'est bien d'aborder un thème, encore faut-il qu'il aide a avancer sur le chemin de la connaissance et pas à augmenter la confusion .

Fraternellement
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 3. La maladie de l'angoisse   

Revenir en haut Aller en bas
 
3. La maladie de l'angoisse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Angoisse face à la maladie en général, et vous?
» Maladie de l'obsession (waswas)
» La peur et l'angoisse
» la maladie génétique de ma fille !
» Faire face à une angoisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins Initiatiques :: Club lecture :: Initiation et réalisation spirituelle-
Sauter vers: