Chemins Initiatiques

Forum d'une Loge Libre
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» je mets le forum en sommeil
Ven 18 Avr - 15:18 par Florence

» Le maçon est-il à la fois fier et humble?
Mar 11 Fév - 1:31 par Tao

» le breuvage d'amertume.
Dim 2 Fév - 17:05 par Bon Feu

» Scandales maçonniques
Dim 19 Jan - 5:19 par Bon Feu

» Présentation
Dim 19 Jan - 5:04 par Bon Feu

» le rituel de l'ombre
Sam 14 Déc - 16:06 par Bon Feu

» article sur la vision guénonienne de l'initiation
Sam 7 Déc - 18:28 par lucien

» voute etoilee
Mer 20 Nov - 12:54 par Bon Feu

» une bonne nouvelle
Dim 17 Nov - 7:45 par Bon Feu

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
à lire

Partagez | 
 

 quelques repères sur le maçon libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucien



Nombre de messages : 150
Age : 67
Localisation : marbais
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: quelques repères sur le maçon libre   Dim 6 Nov - 17:42

Voici quelques repères historiques concernant la notion du "libre" et du "contraint" qui peuvent pousser à une réflexion utile (je le crois du moins)

ARTICLE 1 des Constitutions d’Anderson.

Concernant Dieu et la religion :

Celui de 1813 qui met fin aux divergences des Anciens et des modernes :

« Un maçon est obligé, de par sa tenure, d'obéir à la loi morale et s'il comprend bien l'Art, il ne sera jamais un athée stupide ni un libertin irréligieux. De tous les hommes, il doit le mieux comprendre que Dieu voit autrement que l'homme car l'homme voit l'apparence extérieure alors que Dieu voit le cœur. Un maçon est par conséquent particulièrement astreint à ne jamais agir à l'encontre des commandements de sa conscience. Quelle que soit la religion de l'homme ou sa manière d'adorer, il n'est pas exclu de l'Ordre, pourvu qu'il croit au glorieux Architecte du ciel et de la terre et qu'il pratique les devoirs sacrés de la morale. Les maçons s'unissent aux hommes vertueux de toutes les croyances dans le lien solide et agréable de l'amour fraternel, on leur apprend à voir les erreurs de l'humanité avec compassion et à s'efforcer, par la pureté de leur propre conduite, de démontrer la haute supériorité de la foi particulière qu'ils professent »

Celui de 1738 :

« Un maçon est obligé par sa tenure d'obéir à la loi morale en tant que véritable noachite et s'il comprend bien le métier, il ne sera jamais un athée stupide, ni un libertin irréligieux, ni n'agira à l'encontre de sa conscience. Dans les temps anciens, les maçons chrétiens étaient tenus de se conformer aux coutumes chrétiennes de chaque pays où ils voyageaient. Mais la maçonnerie existant dans toutes les nations, même de religions diverses, ils sont maintenant tenus d'adhérer à cette religion sur laquelle tous les hommes sont d'accord (laissant à chaque frère ses propres opinions) c'est à dire être hommes de bien et loyaux, hommes d'honneur et de probité, quels que soient les noms, religions ou confessions qui aident à les distinguer: car tous s'accordent sur les trois articles de Noé assez pour préserver le ciment de la Loge. Ainsi la maçonnerie est leur centre de l'union et l'heureux moyen de concilier des personnes qui, autrement, n'auraient pu que rester perpétuellement étrangères. »

Celui de 1723 :

« Un Maçon est obligé par sa Tenure d'obéir à la Loi morale et s'il comprend bien l'Art, il ne sera jamais un Athée stupide, ni un Libertin irréligieux. Mais, quoique dans les Temps anciens les Maçons fussent astreints dans chaque pays d'appartenir à la Religion de ce Pays ou de cette Nation, quelle qu'elle fût, il est cependant considéré maintenant comme plus expédient de les soumettre seulement à cette Religion que tous les hommes acceptent, laissant à chacun son opinion particulière, et qui consiste à être des Hommes bons et loyaux ou Hommes d'Honneur et de Probité, quelles que soient les Dénominations ou Croyances qui puissent les distinguer; ainsi, la Maçonnerie devient le Centre d'Union et le Moyen de nouer une véritable Amitié parmi des Personnes qui eussent dû demeurer perpétuellement Éloignées.»

Informations trouvées dans les constitutions d’Anderson concernant le mot « libre » :

1) La Loge est qualifiée comme suit: organisée, vraie, particulière, générale, régulière.
2) Un Maçon est obligé, par sa Condition, d'obéir à la Loi morale; et s'il comprend bien l'Art, il ne sera jamais un Athée stupide, ni un Libertin irréligieux. Mais bien qu'aux Temps anciens les Maçons fussent tenus en tout Pays d'appartenir à la Religion de ce Pays ou de cette Nation, quelle qu'elle fût, on estime cependant, maintenant, plus convenable de ne leur imposer que cette Religion sur laquelle tous les Hommes sont d'accord, et de les laisser libres de leurs Opinions particulières : c’est-à-dire, être des Hommes bons et loyaux, ou Hommes d'Honneur et de Probité, quelles que soient les Dénominations et Croyances qui puissent les distinguer. Ainsi, la Maçonnerie devient le Centre d'Union et le Moyen de promouvoir la véritable Amitié entre des Personnes qui eussent dû rester perpétuellement séparées.
(NB: autre traduction)
3) Les Personnes admises comme Membres d'une Loge doivent être des Hommes bons et loyaux, nés libres, et d'un Age mûr et discret, ni Serfs, ni Femmes, ni Hommes immoraux et scandaleux, mais de bonne Réputation.
4) Aucun Travailleur ne doit être employé aux Travaux proprement dits de la Maçonnerie, et les Francs�Maçons ne doivent pas travailler avec ceux qui ne sont point libres, sauf Nécessité urgente
5) L'expression de "Maçons Libres et Acceptés" revient plusieurs fois.

Il n’y a aucune référence à une loge libre, seulement à la notion de « Maçon Libre et Accepté », libre se référant à une condition sociale.

Autres sources :

La notion de « Maçon libre dans une Loge libre » a été émise par Paul GOUMAIN-CORNILLE, un Frère appartenant à l’un des vingt-deux Ateliers écossais qui s’affranchirent en 1880 de la tutelle du Suprême Conseil de France. Ces ateliers ont ainsi voulu signifier que leur nouvelle Obédience, la Grande Loge Symbolique Ecossaise (GLSE), était désormais débarrassée du Suprême Conseil et du Grand Architecte de l’Univers !

La constitution de la Grande loge symbolique de France (1894) (suite à la GLSE) fait de Liberté, Egalité, Fraternité sa devise dont les trois termes sont érigés en « trois principes fondamentaux » de la franc-maçonnerie.
Son article 1er « la souveraineté maçonnique réside dans l’universalité des Maçons actifs de la Confédération. Cette souveraineté est absolue et inaliénable.
Son article 2 : « La Maçonnerie symbolique est organisée d’après ce principe : Le Maçon libre dans la Loge libre. Chaque Loge est en possession de son autonomie en se conformant à la Constitution.

amitiés
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: quelques repères sur le maçon libre   Dim 6 Nov - 19:55

Je suis toujours désolé de trouver, dans les constitutions d'Anderson, les femmes placées entre les serfs et les hommes immoraux et scandaleux.

Certes, à l'époque, on imaginait difficilement qu'une femme puisse se trouver un jour aussi libre et responsable qu'un homme et, comme les serfs, elles étaient écartées de la maçonnerie pour cause de dépendance.

Mais, quelle évolution dans ce domaine en trois siècles, tout au moins dans les pays occidentaux ! Et quel enrichissement pour les hommes qui enfin ne rejettent plus la moitié de l'humanité en acceptant de partager leus travaux avec l'autre sexe !
Revenir en haut Aller en bas
lucien



Nombre de messages : 150
Age : 67
Localisation : marbais
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: quelques repères sur le maçon libre   Mar 8 Nov - 11:30

« Quelle évolution… » : On peut le prendre sous le mode admiratif, de réjouissance ou sous un mode pessimiste, de regret d’une telle évolution.

On peut aussi prendre la position du sage zen qui ne sachant pas si ce qui lui arrive est un bien ou un mal, prend une attitude équanime face aux événements d’apparences positives ou négatives.

On peut invoquer le point de vue historique et dire Aliam vitam, alio mores : « Autre vie, autres mœurs. » ou « Autres temps, autres mœurs ». (et, à ma connaissance, rien ne dit que les femmes étaient nécessairement « rejetées » parce qu’écartées des réunions, si ce n’est sans doute dans le chef de certains mais cela est encore actuelle).

On peut aussi se référer aux deux « grands courants » actuels :
- le point de vue moderne, et encore essentiellement occidental, qui parle d’évolution positive (aux plans social, scientifique, économique, …), de progrès, on va d’un moins vers un plus.
- le point de vue traditionnel qui, incluant la théorie des cycles, nous amène à voir cette évolution comme un désordre plus grand, comme d’ailleurs Guénon le commente largement dans ses ouvrages. Ici, on va d’un plus vers un moins (mais arrivé au plus bas, on retrouverait le plus, le mystère lié au renversement des pôles)

Mais de toute façon, les choses sont ce qu’elles sont et ne peuvent être autres.
Il y a donc lieu de prendre en considération l’interaction de ces deux courants majeurs (l’un voulant la « mort de Dieu », l’autre voulant la « Vie par Dieu » - formules brèves et donc imparfaites).

Sans la dimension effective de l’Illimité - Eternel – Immuable, l’on est réduit à l’expérience d’une vie organique dont les seules certitudes sont qu’elle a commencé et qu’elle finira à la manière d’une bulle dans un verre d’eau pétillante, et, selon mon opinion, la seule option est alors celle de l’individualisme (profiter au mieux de la vie selon ses désirs, ses croyances, opinions et phantasmes en fonction des moyens offerts et mis en place par les hommes comme on peut le voir autour de soi).

Que peut-on faire si l’on essaie de suivre la Voie, le Tao, avec une « embarcation » plutôt fragile à notre époque ? S’efforcer de s’harmoniser, de se réaliser et d’apporter à la société du bonheur, de la compassion, du respect, … et donc de la spiritualité authentique (ce qui n’est pas une mince affaire) avec beaucoup d’humilité.

NB : l’évolution de la conception de la liberté et de la place de la femme dans la société ne sont, comme chacun le sait, qu’aspects de l’époque moderne, que symptômes de l’évolution des sociétés vers ??? … (espérons-le, un nouvel âge d’or)

Amitiés
Revenir en haut Aller en bas
lucien



Nombre de messages : 150
Age : 67
Localisation : marbais
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: quelques repères sur le maçon libre   Sam 12 Nov - 10:26

Compléments:

DEMANDE. Que signifie la lettre G
REPONSE. GOT, ou plus grand que vous très-respectable.
DEMANDE. Qui peut être plus grand que moi, qui suis Maçon libre, & Maître d'une Loge aussi bien composée ?
REPONSE. Elle signifie le nom de Dieu en Hébreu. (catéchisme des F :. M :. 1780)

D. Qu'est-ce qu'un Maçon ?
R. C'est un homme libre, également ami du pauvre et du riche, s'ils sont vertueux.
D. Que veut dire « Libre » ?
R L’homme « libre » est celui qui, après être mort aux préjugés du vulgaire, s’est vu renaître à la vie nouvelle que confère l’Initiation. (REAA 1802)
Revenir en haut Aller en bas
Jean Serlun

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 61
Localisation : Tours
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: quelques repères sur le maçon libre   Sam 12 Nov - 10:41

En fait, je pense qu'il faut tout considérer à la lumière de l'involution cyclique, sachant qu'en approchant de la fin à la fois du kali-yuga et du présent manvantara, toutes choses se mettent en place pour ressembler de façon inversée à la situation qui existait au début de cette humanité.

Cela permettra l'immédiat retournement dans l'age d'or quand les temps seront venus.

Pour prendre quelques exemples :
- comme à l'aube du manvantara nous tendons vers une langue unique, sauf qu'au lieu d'être une langue sacrée, c'est une langue profane au service de l'enrichissement matériel.
- comme à l'aube du manvantara, nous tendons vers un monde unique, sauf qu'il est basé sur les intérêts de ceux qui manient l'argent.
- comme à l'aube du manvantara, la indistinction entre hommes et femmes s'installe peu à peu mais les spécificités de chaque sexe sont oubliées dans une grande confusion.

etc .. etc.. les exemples sont nombreux dans tous les domaines (religion syncrétiste unique au lieu du sanatana dharma, domination de la nature par la force et non par la connaissance ...)

Par contre, il me semble que, pour la défense ultime de l'initiation, la modification moderne de la place de la femme au sein des sociétés occidentales ouvre la perspective d'un travail en commun qui ne pouvait se faire naguère et nous prépare au changement de cycle.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: quelques repères sur le maçon libre   

Revenir en haut Aller en bas
 
quelques repères sur le maçon libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apprendre quelques rudiments de breton par la microtoponymie
» Atteinte au libre-choix en matière de fin de vie.
» 5/2,libre ou la fac?
» quelques champignons
» Jonas poésie : FEMME LIBRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chemins Initiatiques :: Le coin des discussions :: à la porte du Temple-
Sauter vers: